Vous êtes ici : CIRCUITMORTEL » Fiction » Un pilote face à la fin du monde dans un univers en dérapage incontrôlé

Un pilote face à la fin du monde dans un univers en dérapage incontrôlé

Nous étions le 21 décembre 2012, dernier jour du calendrier maya selon certaines interprétations, autant dire la fin du monde. Une atmosphère anxiogène régnait sur la planète depuis quelques semaines, un peu comme aujourd’hui à cause du coronavirus.

Qu’arriva-t-il à Jocelyn, le personnage au centre de cette histoire ?

Une tempête de grêle s’abattit sur la Clio grise dans un déchaînement de violence.

Les morceaux de glace frappaient la carrosserie et les vitres avec la rage d’un boxeur qui cogne son pushing-ball. Ils enfermèrent la voiture dans une sorte de brouillard opaque digne de paysages d’Alaska. Pourtant, la scène se déroulait certes en période hivernale, en plein mois de décembre, mais en Vendée, quelques centaines de mètres à l’Ouest de La Roche-sur-Yon.

En-Clio-la-nuit-sous-la-neige -1- Copyright-inconnu

En-Clio-la-nuit-sous-la-neige -1- Copyright-inconnu

 

— Bordel, j’y vois rien, grommela Jocelyn, le conducteur de la voiture prise en otage par les éléments.

La Renault progressait sur une départementale déserte. Il était 7 heures 30. Jocelyn était en Terminale ES au Lycée Philippe Jeantot. Dans une demi-heure, il rentrerait en classe de philo avec monsieur Ravel. Enfin, s’il arrivait jusque-là sans avoir plié la Clio dans un fossé ou contre un poteau.

— D’un autre côté, si je n’y arrive pas, moi, il n’y aura pas grand monde en cours ce matin, persiffla-t-il.

Randonnée en enfer

C’était vrai. Bien qu’il n’eût que 18 ans et 3 mois, Jocelyn était un conducteur hors pair. Champion de Rallycross, une discipline dans laquelle il avait débuté à 16 ans avec une dérogation obtenue grâce à ses résultats en karting. Et sa Clio DCI était un jouet à côté du modèle Super 1600 très musclé qu’il pilotait en compétition. D’ailleurs, il avait aussi couru en circuit sur des fauves mécaniques encore plus puissants et difficiles à dompter. Grâce à Jonathan qui l’avait invité à partager non seulement le volant d’une Porsche 914/6 dans des épreuves d’endurance réservées aux VHC, mais aussi celui d’une 997 GT3 R lors de quatre manches du Challenge Blancpain. Jonathan était avocat à Paris, fraichement inscrit au Grand Tableau. Et aussi un gentleman driver doué. Il faisait partie de la garde rapprochée des supporters de l’aspirant champion.  Le plus fidèle avec Pascal, l’oncle de Jocelyn, et Alexis, le pote d’enfance qui promettait de jouer à ses côtés le rôle que Daniel Elena assuma auprès Sébastien Loeb. Jonathan avait tiré Jocelyn d’une sale affaire lorsqu’encore adolescent, il avait été suspecté de meurtre et maltraité par la police. Sans lui, il ne se serait pas sorti du piège machiavélique qui avait failli le tuer. Depuis ces événements, Jonathan était devenu un vrai grand frère pour Jocelyn.

Après ce qu’il avait vécu et une préparation rigoureuse au métier de pilote, Jocelyn maîtrisait son émotivité et ne perdait pas facilement son sang-froid. Des conditions apocalyptiques, il en affronterait tous les hivers quand il serait un grand rallyman à la chasse des records établis par Sébastien Loeb. Il leva le pied et progressa en zigzaguant légèrement de droite à gauche afin de repérer les limites de la chaussée des deux côtés. Jonathan lui avait raconté que les pilotes nordiques utilisaient cette technique en rallye quand la visibilité devenait nulle. Jocelyn n’oubliait jamais une histoire de rallyman.

En-Clio-la-nuit-sous-la-neige -2- Copyright-inconnu

En-Clio-la-nuit-sous-la-neige -2- Copyright-inconnu

 

De toute façon, cette route, il la connaissait par cœur. C’était le chemin le plus agréable entre la demeure familiale et le quartier du lycée. Il l’avait parcourue des milliers de fois à vélo, à moto, et maintenant en voiture. En fait, s’il n’avait pas eu peur de causer des dommages à un autre usager, il aurait pu piloter les yeux fermés. Il avait tort de se soucier des tiers, d’ailleurs. Personne d’autre que lui ne roulait ce matin. Pas âme qui vive. Comme si le monde s’était arrêté de tourner avec les intempéries. Pourtant, il ne se souvenait pas d’une alerte météo.

Il arriva péniblement mais sans catastrophe à la place sur laquelle les lycéens motorisés garaient leurs voitures. Il s’enfonçait dans le brouillard d’un monde étrange. Ce ne fut qu’en garant la Clio qu’il remarqua que l’autoradio ne fonctionnait plus. Olivia Ruiz s’était tue. NRJ n’avait pas lancé d’autre interprète à la fin de My Lomo and Me. La grêle laissait place à des chutes de neige silencieuses qui paralysaient la cité vendéenne. Il descendit de la Clio et chercha des yeux la Fiesta d’Alexis. Son pote n’avait son permis que depuis quinze jours. Pourvu qu’il ne lui soit rien arrivé. Peut-être s’était-il montré suffisamment  sage pour laisser sa voiture au garage. Il sortit son Smartphone de sa poche et tenta de l’appeler. Pas de tonalité.

parking-sous-la-neige 2012 - photo- Thierry-Le-Bras

parking-sous-la-neige 2012 – photo- Thierry-Le-Bras

Normalement, sa copine Alexandra aurait dû être là. Son  père la déposait tous les matins en allant au bureau. Un homme sympathique qui se montrait bienveillant vis-à-vis de la relation des jeunes gens. Et aussi un type qui avait avalé une montre et vivait toujours en avance. Jamais, depuis la seconde, Alexandra n’était arrivée devant le lycée après Jocelyn qui, pourtant, était lui-même ponctuel.

— Son père n’aura pas voulu prendre de risque sur la route, se consola-t-il pour tromper son inquiétude.

Il ne percevait pas distinctement les autres voitures garées sur le parking. Il tenta de repérer la Peugeot 208 d’Enric. Si quelqu’un d’autre que Jocelyn avait osé mettre les roues dehors sur le verglas, c’était forcément Enric. Un type qui n’avait peur de rien. Une force de la nature. Un peu plus grand et plus carré que Jocelyn, franchement blond et pas châtain clair comme lui, Enric était l’autre phénomène de la classe. A la fois un super copain, un complice et un rival. Les deux garçons étaient incontestablement les plus forts en sport du lycée. Les aligner dans la même équipe de hand, d’athlétisme ou de natation garantissait d’écraser celles des autres sections. Les opposer promettait un spectacle d’une qualité nettement supérieure à ce qu’offrait en général le sport scolaire. Enric et Jocelyn entretenaient la même passion absolue des sports mécaniques. Enric avait été champion de ligue de karting l’année précédente. Il était vice-champion de France en titre et se préparait, lui-aussi, à devenir pilote automobile. Contrairement à son camarade, il visait une carrière en circuit. Si possible la F1, sinon l’endurance, le WTCC ou le DTM. Enric et Jocelyn se charriaient quotidiennement au sujet de leurs futures carrières, de leurs futures victoires, de leurs futures salaires, de leurs futures sorties de piste, d’amères et honteuses reconversions écologiques après s’être vautrés chez les ténors. Tout en espérant au fond qu’ils atteindraient tous deux les sommets et disputeraient un jour Le Mans sur la même voiture. Dans l’atmosphère lourde et fantomatique de ce matin d’hiver, les projets comme les railleries semblaient un peu éloignées.

Ferrari-Transformer - 2012 - Copyright-inconnu

Ferrari-Transformer – 2012 – Copyright-inconnu

L’esprit de Jocelyn quitta La Roche-sur-Yon. Un Ferrari blanche et noire se garait avenue Montaigne à Paris, devant l‘immeuble qui abritait le cabinet où Jonathan travaillait avec son père. La bête grossissait, grossissait, se transformait en cheval géant, telle un robot de film d’horreur. Elle se cabrait sur ses pattes arrière. Les sabots de ses pattes avant défonçaient  la façade de l’immeuble. Jonathan ne pouvait ni fuir, ni résister. Les sabots meurtriers accomplissaient leur sinistre besogne  avec l’efficacité des mixeurs d’une boucherie chevaline. Le massacre glaça Jocelyn d’horreur. Il se méfiait des chevaux. La faute d’une expérience désastreuse lors d’une leçon d’équitation la dernière année d’école primaire. Une chute douloureuse, une épaule endolorie, le rire moqueur de la jolie Marielle, cavalière émérite dont il souhaitait attirer l’attention d’une manière plus valorisante… Jocelyn n’aurait pas fait de mal à un cheval, mais il se tenait éloigné d’eux. S’il était contraint d’exécuter un numéro de cirque, il préférerait entrer dans la cage aux lions plutôt que monter un cheval paisible. D’autant qu’il adorait les félins, du chat de gouttière au roi du monde animal et au divin Jaguar. Jonathan aussi entretenait une relation distante avec la plus belle conquête de l’homme. Le jeune avocat possédait un véritable don avec les chiens. Aucun ne lui résistait, même pas ceux dressés à la défense. Mais les chevaux, il les préférait à la télé. Tout au moins tant qu’il ne rencontrait pas un gentlehorse aussi raffiné que Joly Jumper, ce qui pouvait demander un certain temps.

Ni Jonathan ni Jocelyn n’aimaient beaucoup Ferrari non plus.

Jonathan-Jocelyn - Porsche-914-6- 2012 - Photo-Thierry-Le-Bras

Jonathan-Jocelyn – Porsche-914-6- 2012 – Photo-Thierry-Le-Bras

— Il n’y a aucune raison pour qu’une Ferrari finisse devant nous, répétait inlassablement le premier lorsqu’ils faisaient équipe en VHC et en Blancpain. Une Aston, une McLaren, une BMW, une Mercedes, une Lamborghini, une Audi ou une autre Porsche, ça me gonfle déjà, mais une Ferrari, ça non alors.

Très érudit en matière d’histoire de la course automobile, Jonathan associait la marque italienne à des trahisons envers ses pilotes les plus méritants. Par exemple le coup de poignard dans le dos du grand John Surtees au Mans 1964. Et aussi quelques autres plus récemment…

— Plus un, approuvait le second. Moi aussi, j’ai une dent contre eux. Un canasson cabré, c’est pas franc du collier. Un jour ou l’autre, ça envoie son cavalier mordre la poussière.

A ce stade, je crains que le lecteur se demande si Jocelyn ne divaguait pas après avoir consommé à son insu ou de son plein gré un produit interdit. Non. Jocelyn ne touchait pas aux stupéfiants. Pas même un pétard les soirs de teuf. Il n’avait pas davantage abusé de la Téquila, du Gin ni de la Vodka. Il tenait trop à son permis pour prendre des risques avec l’alcootest. Le garçon n’était certes pas un saint, mais il ne s’évadait pas dans les paradis artificiels. Sa came, c’était le pilotage et rien que le pilotage.

Nico-Hülkenberg - Copyright-inconnu

Nico-Hülkenberg – Copyright-inconnu

Tout à coup, une nouvelle vision d’horreur. Enric courait vers lui. Un flot de sang  coulait de son crane sur son anorak gris clair. Un cheval géant galopait à sa poursuite. Un frère du tueur fou de la rue Montaigne ? Il lui ressemblait en tout cas.

Enric non plus n’était pas ferrariste. Il détestait les artifices imposés au second pilote de la Scuderia, tantôt pantin planté dans le décor, tantôt agneau égorgé sur l’autel des intérêts du locataire du premier baquet. Mais il n’avait pas peur des chevaux mal lunés. Et il n’excluait pas de piloter un jour pour les Rouges. Dans une autre composition du Team. Ce serait un rêve d’apprendre la discipline reine aux côtés de Nico Hülkenberg qui faisait partie de ses idoles.

Enric n’était pas du genre à fuir. Jonathan se souvenait d’une violente bagarre l’année précédente, quand ils étaient en première. Alexis et lui s’étaient fait prendre à parti à la sortie par quatre teignes. Leur bande n’était pas trop populaire au bahut. Les résultats sportifs d’Enric et Jocelyn créaient des haines terribles. Ceux qui croient naïvement qu’apparaître en photo dans les journaux ainsi que dans des vidéos valorisantes sur le web attire l’amitié de ses voisins et suscite leur admiration se trompent lourdement. La jalousie ravage le monde.

Eaux-Sombres -Photo-Thierry-Le-Bras

Eaux-Sombres -Photo-Thierry-Le-Bras

C’est le sentiment le mieux partagé dans toutes les classes sociales, toutes les catégories d’âge et toutes les zones géographiques de la planète. Entendant des condisciples ricaner de la volée qu’allait encaisser  le champion de Rallycross, Enric avait abandonné sa moto qu’il s’apprêtait à démarrer et s’était précipité vers le champ de bataille tel un taureau boosté par la boisson énergétique qui donne des aillles… Il était entré dans la joute. Sa présence rééquilibrait  le combat. Il eût tôt fait de mettre KO l’un des agresseurs d’Alexis. A un contre un, personne au lycée n’osait se battre contre Enric et Jocelyn. Les trois types encore valides s’étaient barrés la queue entre les jambes. Le quatrième, à moitié dans les vapes, s’était vu promettre qu’en cas de récidive, ses compères et lui visiteraient les bassins du port des Sables d’Olonne. Pas à l’occasion du départ du Vendée Globe. Avant, pour nourrir les crabes…

Aujourd’hui, Enric ne pouvait pas lutter. Un coup de sabot lui arracha la moitié du crâne. Il chancela. Jocelyn voulut se précipiter vers son ami. Ses pieds restaient collés dans la neige. Il n’avait plus de force. Dans un dernier effort avant de s’effondrer et de se faire piétiner, Enric lui fit signe de fuir.

Retour dans un monde éveillé

Jocelyn hurla. Il était en nage, ne comprenait rien à ce qui se passait. Une main douce et excitante caressa l’intérieur de sa cuisse nue.

— Qu’est-ce que tu as ? gémit une voix encore ensommeillée.

Jocelyn alluma la lampe de chevet et regarda le radioréveil. Il était 6 heures 40.

— Rien. Juste un cauchemar.

L’image d’Enric lui enjoignant de fuir restait imprimée dans son cerveau. Elle lui rappelait l’histoire de Levegh au Mans 1955 à l’instant où, conscient qu’il allait percuter une autre voiture et perdre la vie, l’héroïque pilote leva la main pour prévenir Fangio qui arrivait derrière lui. Levegh avait eu l’ultime réflexe et le formidable courage de sauver son camarade avant de mourir.

Jocelyn  se leva et se dirigea vers le salon avec son Smartphone. Les choses reprenaient place dans son cerveau. Hier soir, il était allé au repas de classe traditionnel avant les vacances de Noël. Sa mère était en déplacement. Le temps de son absence, il disposait de la maison avec Miss Tigri, une adorable chatte blanche avec qui il entretenait une relation sans tâche. Jocelyn avait ramené Alexandra chez lui. Alexis dormait à côté dans une chambre d’amis avec Vera. Enric s’était installé dans le canapé du bureau en compagnie de Clémentine.

Kir-Royal - Copyright-inconnu

Kir-Royal – Copyright-inconnu

Ils avaient bu un kir pétillant et un verre de Lambrusco chacun à la Pizzeria Valle Carmonica. Puis une bouteille de champagne en rentrant. A six, pas de quoi se mettre minable. Jocelyn ne sentait pourtant pas dans son assiette. Il fit défiler son répertoire et sélectionna le numéro de Jonathan. Il avait besoin de lui parler et savait que son frère de cœur ne lui reprocherait pas l’heure matinale.

— J’te réveille ? s’excusa-t-il lorsque son interlocuteur décrocha.

— Non, en fait, je préparais le café. J’ai mal dormi. Bon, ça ira mieux quand le jour sera levé.

— Moi aussi. J’ai fait des cauchemars. Il grêlait, il neigeait. J’avais l’impression de rester le seul vivant dans un monde glaciaire.

Jocelyn évita de raconter toute l’horreur de son cauchemar.

— Il fait un temps bizarre depuis quelques semaines, reprit Jonathan. Des ciels de plomb, des orages, des déluges de pluie, de grêle. Une atmosphère lourde, pesante. Au palais, l’ambiance est encore plus électrique que d’habitude.

— Sans doute les Autolib’ de Delanoë qui polluent l’atmosphère en déchargeant de l’électricité dans l’air, lança Jocelyn pour essayer de plaisanter.

Les deux garçons raccrochèrent après avoir échangé quelques phrases. A son tour, Jocelyn mit la cafetière en route. Il tambourina  aux portes des pièces où dormaient ses amis. Il était 6 heures 55. Il n’’y avait pas de temps à perdre. Ils avaient cours à de philo à 8 heures avec monsieur Ravel. Puis il entra dans la salle de bains et rejoignit Alexandra sous la douche.

Soudain, une averse de grêle tonna sur le toit en ardoises. Jocelyn frissonna malgré l’eau chaude et les caresses envoutantes de sa copine. Il se rappela le calendrier. C’était le vendredi 21 décembre. Avait-il fait un rêve prémonitoire de la fin du monde, avec juste quelques approximations  quant au déroulement de l’apocalypse dans son environnement ?

Le pilote retrouve la pêche et prépare les fêtes

Le réveil ne débarrassa pas Jocelyn de son malaise. Alors que sa copine Alexandra le caressait tendrement sous la douche, une violente averse de grêle s’abattit sur la maison, lui faisant redouter que son pire cauchemar soit en réalité un rêve prémonitoire.

Vous lisez cette note. C’est la preuve que le monde ne s’est pas arrêté le 21 décembre 2012. Jocelyn est arrivé à bon port. La terre continue à tourner. Moins vite qu’un moteur de F1, avec quelques cafouillages, des réglages à parfaire, un traitement contre un virus tueur à trouver. Elle ne s’est pas retournée comme une crêpe. Elle n’est pas encore partie dans le décor, même si ses pilotes ont bien du mal à la maîtriser.

Il ne s’est rien passé d’extraordinaire le 21 décembre au matin. Les trois couples de jeunes ont pris leur douche et avalé un petit déjeuner sur le pouce avant de partir au lycée. Seul bémol, compte tenu du temps de chien qu’il faisait dehors, de la route glissante et des ralentissements à l’entrée de La Roche sur Yon, ils ne sont arrivés au Lycée Philippe Jeantot qu’à 7 heures 55, quelques minutes plus tard que d’habitude. Alexis n’a pas pris sa voiture. Moins rompu à la conduite que ses amis pilotes, il a volontiers accepté l’invitation de Jocelyn quand il a proposé de les amener, lui et Vera. Monsieur Ravel est arrivé avec 10 minutes de retard. Il a dispensé son dernier cours de philo de l’année à la classe de Terminale ES.

Chalutier Scuderia - Photo-Thierry-Le-Bras

Chalutier Scuderia – Photo-Thierry-Le-Bras

Jocelyn n’a raconté son cauchemar à personne. Pas par crainte du ridicule. Pour éviter de rapporter des scènes d’horreur où ses proches souffraient, disparaissaient, périssaient. A dire vrai, il ne s’est senti pleinement rassuré qu’après le lever du soleil le samedi 22 décembre. C’était le premier jour des vacances de fin d’année et elles s’annonçaient plutôt bien. Il mangerait des coquilles Saint-Jacques, du homard et de la langouste pendant les fêtes, et tant pis si les crustacés avaient peut-être été pêchés par un bateau qui portait le nom d’une écurie dont il n’était pas le plus grand supporter.

Le Père Noël existe-t-il ? Certains n’y croient plus depuis longtemps. D’autres espèrent qu’il passera de temps en temps. Pas forcément le 24 décembre. Il n’entrera peut-être pas  par la cheminée. Qu’importe qu’il emprunte  la porte ou la fenêtre, pourvu qu’il apporte le cadeau qu’ils attendent. Jocelyn, Alexis et Enric font partie de cette catégorie.

Mini-WRC - Copyright-inconnu

Mini-WRC – Copyright-inconnu

Les deux premiers sont convaincus qu’un jour pas trop éloigné, ils fonceront sur les routes du championnat du monde des rallyes à la poursuite des records de Sébastien Loeb et Daniel Elena.

Le troisième croiyait fermement en 2012 qu’il arriverait en F1. Il ne renonce pas. Sera-t-il l’équipier de Charles Leclerc, de Max Verstappen ou d’u Nico Hülkenberg de retour dans la discipline ? Il tentera de saisir les opportunités en espérant que le team qui l’engagera lui fournira une voiture compétitive.

Jocelyn - Renault-Clio-D2 - 2012 - Rallycross - Photo-Thierry-Le-Bras

Jocelyn – Renault-Clio-D2 – 2012 – Rallycross – Photo-Thierry-Le-Bras

Leurs copines respectives se sont toujours inquiétées. Sils réalisent leurs rêves et restent avec elles, elles auront peur tout le temps. Le rallye et la F1 sont plus dangereux que le rallycross. S’ils les quittent, elles sont persuadées qu’elles ne pourront pas vivre sans eux. S’ils échouent, elles sentent qu’ils considéreront avoir raté leurs vies et perdront l’estime d’eux-mêmes, l’étincelle qui les anime, le grain de folie qui fait leur charme. La vie ne suit jamais une piste paisible.

Il va falloir patienter encore un peu avant que les magazines et sites automobiles nous apportent des réponses sur les éventuelles futures carrières mondiales de Jocelyn, Alexis et Enric. Je ne suis que leur biographe, comme celui de mes autres personnages de fiction. J’ignore moi-aussi ce qui va leur arriver et ce qu’ils accepteront de me confier pour que je témoigne. Patience donc… Un jour, vous saurez pourquoi Jocelyn n’aime pas Ferrari et comment il s’est trouvé injustement accusé de meurtre.

En mars 2020, nous vivons à nouveau une période d’angoisse. Pire que celle qui frappa ceux qui redoutaient la fin du monde en décembre 2012. Plus longue aussi, car son terme est difficile à prévoir et que chaque jour, une pandémie tue impitoyablement.

La France – comme une grande partie du monde – est à l’arrêt. Les compétitions sportives sont reportées. Celles et ceux qui exercent leur activité dans le secteur de la santé travaillent au rythme d’un Grand-Prix le temps d’un marathon de la route. Ils manquent dramatiquement de moyens et se trouvent dangereusement  exposés. Les informations font état du nombre de personnes malades, des cas graves, des décès… Il faudra réfléchir bientôt aux moyens d’éviter les erreurs et l’imprévision qui nous ont précipités dans le mur après des dérapages incontrôlés. Les héros des semaines que nous vivons ne sont pas les pilotes, ni les autres vedettes du sport, ni les stars du show-business. Non, ce sont les membres du personnel de santé. Personne ne l’oublie, pas plus les pilotes qui s’impatientent de faire vrombir leurs bolides sur les circuits que les membres de leurs équipes, leurs supporters, leurs soutiens. Les pilotes ont du cœur. Beaucoup s’associent à des causes humanitaires, à la lutte contre des maladies, à des actions caritatives, à des opérations qui font du bien aux autres. Vivement que le monde sorte de cette catastrophe du Covid-19 et de la crise économique qu’il engendre. En attendant de revoir nos pilotes en action et de retrouver un monde normal, prenez soin de vous.

QUELQUES LIENS A SUIVRE :

DESIGNMOTEUR présente la McLaren Senna GTR https://timedm.com/2019/04/auto-mclaren-senna-gtr-v8/

Baptiste Felgerolles, un jeune pilote bien réel et méritant dont nous vous reparlerons très prochainement http://circuitmortel.com/?p=3724

Une Citroën de la femme du dirigeant de société posait problème https://bit.ly/2xtQgs5

Des conditions météo difficiles lors de vraies courses http://circuitmortel.com/2018/08/meteo-estivale-et-course-auto-les-intemperies-sinvitent-a-la-fete-epilogue/

Toute communication souhaitée ou contrainte mérite le concours d’un spécialiste de l’écriture https://bit.ly/2VtIRob

Thierry Le Bras

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*