Vous êtes ici : CIRCUITMORTEL » Chronique » L’évidence de la complicité avec BMW depuis le siècle dernier (2/2)…

L’évidence de la complicité avec BMW depuis le siècle dernier (2/2)…

La compétition contribue à rendre des voitures particulièrement attachantes et à fidéliser durablement les clients.

Dans la note précédente, j’exposais que les émotions font partie des facteurs qui provoquent l’acte d’achat. Or, les associations d’idées et les souvenirs de jeunesse concourent à l’élaboration du contexte qui crée une relation affective durable avec un constructeur jusqu’au besoin de possession d’un de ses modèles. Des éléments qui comptent en matière de marketing et de communication. Un exemple de séduction by BMW http://circuitmortel.com/?p=3957

BMW a compris ce principe et aussi l’intérêt pour la firme de briller en compétition. Elle s’y est attachée au fil des décennies. Car les résultats sur les pistes de rallye et le bitume des circuits illustrent parfaitement le savoir-faire d’un constructeur, le talent de ses ingénieurs, le sérieux et la fiabilité de tous ceux qui concourent à la réalisation des modèles, sans parler de l’émotion qu’offre une voiture  qui gagne avec à son volant un pilote apprécié du public composé de futurs acheteurs potentiels.

J’avoue avoir été sensible aux BMW préparées pour la compétition. Curieusement, la première voiture de course que j’ai eu l’occasion de photographier était une BMW. J’étais encore collégien. J’avais réussi à décider mes parents à m’amener à la Course de côte de Saint-Germain – sur – Ille. Et la première voiture qui s’est présentée devant l’objectif de mon appareil photo lorsque nous sommes arrivés sur le site de l’épreuve fut une magnifique 2002 groupe 1 orange.

Zarco -BMW- 30-SI- 1973 - CC-Saint-Germain-sur-Ille - Photo-Thierry-Le-Bras

Zarco -BMW- 30-SI- 1973 – CC-Saint-Germain-sur-Ille – Photo-Thierry-Le-Bras

D’autres suivraient et viendraient enrichir ma photothèque. BMW fait à l’évidence partie des constructeurs qui fabriquent des voitures passion que nous avons envie d’immortaliser en photo comme dans des textes (sur papier ou des supports informatiques).

Dream Team BMW

BMW a toujours proposé à ses clients des modèles dont les qualités routières et les moteurs puissants offraient des facultés de développement en compétition. Je ne résiste pas au plaisir d’évoquer quelques machines bavaroises qui brillèrent dans les championnats de la montagne.

En 1977, je pilotais moi-même en course de côte une vaillante petite Golf GTI qui me permit de remporter quelques victoires de classe en groupe 1. Mais bien sûr, je regardais plus haut, vers des voitures plus puissantes, plus rapides, plus prestigieuses, plus chères aussi.

Vaucenay- BMW-30-CSi- 1975 - CC-St-Germain-sur-Ille - Photo-Thierry-Le-Bras

Vaucenay- BMW-30-CSi- 1975 – CC-St-Germain-sur-Ille – Photo-Thierry-Le-Bras

Naturellement, les BMW faisaient partie de mes rêves, comme de ceux d’un des copains qui me faisait l’assistance. Une grosse groupe 1 aurait comblé mes désirs avoués. J’ai toujours adoré voir les 3 litres (ou plus) issues de modèles de série en découdre sur les routes étroites à flanc de coteau. Je me rappelais du spectacle offert à Saint-Gouëno en 1975 par Guy Fréquelin au volant du coupé 30 CSi racheté à Pouteau (qui courait sous le pseudonyme Vaucenay), si ma mémoire est bonne. J’appréciais aussi les passages de Jacky Ravenel au volant de la Commodore GSE qu’il maîtrisait à la perfection dans un style à la fois généreux et efficace.

Chamaraud-BMW-530-IUS - groupe-1- 1978 - 1 - CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Chamaraud-BMW-530-IUS – groupe-1- 1978 – 1 – CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Deux ans plus tard, la 30 CSi devenait une version vieillissante. Mais pour les courses en circuit, BMW lui avait trouvé une remplaçante, la 530 IUS. Officiellement, cette version n’était pas importée en France. Son moteur de 2999 cm3 développait 240 ch DIN à 7000 t/mn. Un chiffre fantastique pour une groupe 1 ! Je me voyais déjà au haut de l’affiche du groupe l’année suivante avec un tel monstre rugissant à l’assaut des ascensions des routes de ma discipline préférée. Et pourquoi pas en rallye aussi ?

Elodic -BMW- 2002-groupe-2- 1975 - CC-Landivisiau - Photo-Thierry-Le-Bras

Elodic -BMW- 2002-groupe-2- 1975 – CC-Landivisiau – Photo-Thierry-Le-Bras

Le copain qui me faisait l’assistance envisageait de courir, lui-aussi. Sa voiture de prédilection était la BMW 2002 groupe 2. Il s’imaginait volontiers aux commandes de cette machine qui exigeait un pilotage musclé. Il faut dire qu’une 2002 à l’attaque entre les mains de pilotes comme Evrard ou Elodic, ça avait de la gueule, et les vrombissements des moteurs grimpant dans les tours enchantaient les oreilles les plus musicales.

Nous étions jeunes et nous vivions dans le tourbillon des seventies où tout semblait possible. Nous ne doutions pas de trouver des sponsors qui nous aident à monter notre Dream Team. Si ce n’était pas en 1978, ce serait en 1979, ou en 1980. Pas plus tard, nous arriverions à nos fins, c’était certain.

Leclerc - BMW-320 -groupe-2 - 1980 - CC-Saint-Gouëno - photo-Thierry-Le-Bras

Leclerc – BMW-320 -groupe-2 – 1980 – CC-Saint-Gouëno – photo-Thierry-Le-Bras

Les années qui suivirent, les BMW engagées en côte évoluèrent, comme les modèles de série. La 2002 laissant place à la nouvelle série 3, les 320 groupe 2 ne tardèrent pas à apparaître sur les pistes. Elles étaient superbes avec leurs ailes élargies.

Curieusement, les meilleures « Groupe 2 » qui étaient équipées de moteurs proches de ceux des Formule 2 ne s’exprimaient pas partout. Dans des épreuves courtes, notamment dans l’Ouest de la France, il n’était pas rare de voir les meilleures Rallye 2 les devancer. Il faut nuancer ce propos toutefois en précisant que peu de pointures avaient opté pour la BMW 320 groupe 2 dans la région Bretagne Pays de Loire. Dans les épreuves de championnat de France et d’Europe, les 320 groupe 2 donnaient par contre toute leur mesure et se battaient contre les Escort 1800 RS et les Sunbeam Lotus. Des duels de Titans opposant des machines spectaculaires dont les moteurs émettaient des sons magiques.

Pendant ce temps, la 530 groupe 1 poursuivait sa carrière en circuit malgré quelques doutes émis par la concurrence sur les conditions d’homologation de la version IUS destinée au marché américain.

Chamaraud-BMW-530-IUS - groupe-1- 1978 - 2 - CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Chamaraud-BMW-530-IUS – groupe-1- 1978 – 2 – CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Je n’en ai vu qu’une en course de côte, au Mont-Dore – Chambon-sur-Lac en 1978. Elle m’a semblé inadaptée à la côte, trop lourde et équipée de rapports de boite et d’un pont trop longs. Par contre, Alain Cudini courut un rallye avec la 530 et se battit en tête du groupe 1 avec les Opel Kadett GTE, reines de cette catégorie à l’époque. Une bonne 530 IUS aurait certainement marché très fort dans cette discipline, à condition que le constructeur fasse homologuer un pont et une boite suffisamment courts bien sûr.

En côte, les Ford Escort dominaient alors le groupe 1. Marcel Grué tenta le pari de les défier avec une Capri 3 litres. Plus puissante que les Escort, la Capri souffrit d’un handicap de poids, mais surtout d’un pont trop long. Marcel, remarquable pilote, se classait aux places d’honneur, mais toujours derrière deux ou trois Escort. « Les pilotes d’Escort se moquaient de moi, me raconta-t-il en 2002 au départ du Rallye du Pays de Vannes. Ils me disaient, nous on a le droit au pont court, mais pas toi. Et tant que tu ne l’auras pas, tu seras derrière. » De fait, lorsque la Fédération fit entrer en vigueur la nouvelle réglementation des groupes en 1982 (N, A, B au lieu de 1,2,3,4), la Capri groupe A reçut le pont court. « Sans autre modification sur la voiture, j’ai amélioré mon temps de l’année précédente de 7 secondes », exposa Marcel. Autant dire qu’un tel pont eût été indispensable à la 530 pour briller en côte.

Des BMW M à l’honneur

Nous ne nous arrêterions pas à la course de côte. Les 24 Heures de Spa et les 24 Heures du Mans faisaient partie de nos ambitions. Le frisson de la ligne droite des Hunaudières nous attendait. Bientôt. C’était évident. Pas dans une Porsche 936 ni une Alpine A 442, tout de même. Je reconnaissais volontiers que Didier Pironi, mon pilote préféré, allait plus fort que moi.

Döen-Birrane-Libert - BMW-M1- 1985- Le-Mans- Photo-Thierry-Le-Bras

Döen-Birrane-Libert – BMW-M1- 1985- Le-Mans- Photo-Thierry-Le-Bras

Mais je me voyais très bien dans une BMW M1, ou alors un proto Lola ou Osella 2 litres. Nous avons passé quantité de soirées à évoquer ces projets qui présentaient un avantage accessoire, celui d’éclairer nos existences, de nous projeter dans des univers parallèles magnifiques, d’exciter nos imaginations de créateurs de scenarii.

Dosières- BMW-M3- 1988- CC-Hébécrevon- Photo-Thierry-Le-Bras

Dosières- BMW-M3- 1988- CC-Hébécrevon- Photo-Thierry-Le-Bras

Un petit peu plus tard, la fabuleuse M3 fit naître bien des fantasmes. Efficace partout, en circuit, en course de côte, en rallye, en rallycross. Elle réalisa l’exploit de faire mieux que le gros coupé 635 6 cylindres qui avait pourtant dominé le groupe A en course de côte durant plusieurs saisons et se montrait également redoutable en circuit. Elle m’a fait rêver, comme de nombreux passionnés. Les BMW siglées du M de BMW Motorsport GmbH  devenu BMW M GmbH symbolisent la compétition et la performance absolue.

A la base, le montage dans une caisse de la famille E30 d’un moteur 4 cylindres de 2.300 cm3 avec une culasse 16 soupapes dont les développements atteindraient les 300 chevaux (et sensiblement plus sur les évolutions 2 portées à 2,467 cm3). Un poids léger, une tenue de route efficace, un look d’enfer renforcé par des ailes larges, un spoiler agressif et un aileron arrière. La BMW M3 ne manquera pas de concurrentes. Mercedes 190 16S, Alfa Romeo 75 Turbo, Lancia Delta HF 4 roues motrices, Ford Sierra Cosworth RS 500, Nisssan Skyline GTR… Elle remportera néanmoins plus de 1.400 victoires entre 1987 et 1993 !  Une championne, à l’aise partout même si elle était parfois barrée sur certains circuits par des voitures intrinsèquement  plus puissantes.

Elle bénéficierait en outre d’une longévité exceptionnelle. D’ailleurs, plus de trente ans après son homologation survenue  en 1987, certains exemplaires roulent encore en course de côte ou en rallye régional.

BMW-M5- 2018 - Traversée-de-Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

BMW-M5- 2018 – Traversée-de-Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

J’avoue avoir fait partie des amoureux de la marque ayant rêvé de l’homologation de la M5 en groupe A quand les Ford Sierra Cosworth RS 500 sont devenues menaçantes grâce à leur puissance dépassant les 500 chevaux. Ce ne serait malheureusement jamais le cas.

Leuvrey- BMW-318-Compact-F2000- 2003 - Rallye-du-Pays-Vannetais - Photo-Thierry-Le-Bras

Leuvrey- BMW-318-Compact-F2000- 2003 – Rallye-du-Pays-Vannetais – Photo-Thierry-Le-Bras

Mais BMW resterait présent en compétition, du rallye (y compris régional) avec les 318 Compact groupe F au 24 Heures du Mans (victoire en 1999) et à la F1, tant comme motoriste avec Williams qu’avec des monoplaces engagées sous sa marque. Sans oublier des récentes apparitions en endurance ni la Formule E, ni le DTM…

Gregg - Redman -BMW -30-CSL-Turbo - 1976- Le-Mans- Photo- Thierry-Le-Bras

Gregg – Redman -BMW -30-CSL-Turbo – 1976- Le-Mans- Photo- Thierry-Le-Bras

Et c’est tant mieux, car la marque écrit ainsi son histoire en entretenant les passions. Le pilote et sa BMW de compétition, le conducteur et sa BMW de tourisme, l’amoureux de la marque et les BMW en général, autant de scenarii de romans plelns d’émotions. Normal pour une marque associée à l’art et donc à la sensibilité comme à l’excellence dès les premières Art Cars initiées par Maître Hervé Poulain, à la fois amateur d’art, commissaire-priseur et pilote automobile de talent !

A suivre… (épilogue sur les romans BMW).

QUELQUES LIENS

DESIGNMOTEUR présente la BMW M2 by FUTURA 2000 https://dmunderground.com/2020/02/auto-custom-bmw-m2-by-futura-frieze-los-angeles/?fbclid=IwAR2dXp7votVGrED4fMTJGnrrVJoDGUXxTzeyqUpF14YHUOok1hvJIh76ZOc

La BMW 2002 Tii groupe 1 des années 70 http://circuitmortel.com/2019/08/dream-team-bmw-la-2002-tii-groupe-1/

Des BMW au Mans Classic http://circuitmortel.com/2016/07/voyage-dans-le-temps-automobile-55/

Des voitures fermées (dont 7 BMW) au Mont-Dore http://circuitmortel.com/2017/08/tonnerre-mecanique-a-la-course-de-cote-du-mont-dore-chambon-sur-lac-12/

Comme le sport, les séries télévisées sont addictives car elles empruntent les codes du marketing http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/2020/02/la-loi-des-series-applique-les-codes-du-marketing.html

Thierry Le Bras

Comments are closed.