Vous êtes ici : CIRCUITMORTEL » Chronique » L’enfant, l’auto et le prénom

L’enfant, l’auto et le prénom

La justice est-elle autophobe ? Tatillonne avec la vitesse, elle se montre également méfiante vis-à-vis de certains prénoms…

Maître Richard Grandel, avocat au Havre, a plaidé quantité d’affaires pénales, commerciales et civiles en lien avec l’automobile au cours de sa carrière professionnelle commencée au début des seventies.

Peugeot-403-Cabriolet- Photo-Thierry-Le-Bras

Peugeot-403-Cabriolet- Photo-Thierry-Le-Bras

Le monde a changé… A son entrée au collège, son père roulait en Peugeot 403 cabriolet.

Porsche-Carrera-RS-2-7-l- 1973 - Dinard - Photo-Thierry-Le-Bras

Porsche-Carrera-RS-2-7-l- 1973 – Dinard – Photo-Thierry-Le-Bras

Il a connu la joie de courir en Porsche Carrera RS 2,7 litres et de partager le volant de l’Alpine groupe 4 de son ami Daniel Meunier aux 100 Tours de Magny-Cours…

Alpine-Renault-Berlinette - 1973 - Dinard - Photo-Thierry-Le-Bras

Alpine-Renault-Berlinette – 1973 – Dinard – Photo-Thierry-Le-Bras

Maintenant, s’il utilise encore au quotidien une Alfa Romeo Stelvio, il redoute que ses petits-enfants perdent dans un futur proche la liberté de se déplacer librement et se voient condamnés aux transports en commun, ou à la rigueur à l’utilisation partagée d’une boite de conserve autonome montée sur roues… Un objet aussi banal qu’un robot ménager, mais équipé d’un diffuseur de nouvelles formatées par un média lobbyiste en fusion totale avec les administrateurs d’un monde opaque.

Mini-Cooper - Photo-Thierry-Le-Bras

Mini-Cooper – Photo-Thierry-Le-Bras

Dernier client du jour, monsieur Jack Morris, un trentenaire d’origine anglaise qui exploite une agence immobilière havraise travaillant beaucoup avec une clientèle d’outre-Manche. Monsieur Morris adore les concepts automobiles apparus sur son île. Il roule au quotidien dans une Jaguar XF Sportbrake en écoutant Jane Birkin, les Beatles, les Stones, Petula Clark, Robbie Williams, les musiques des films de James Bond… Son épouse Hélène, rencontrée à Étretat, exerce le métier de professeur d’anglais. A leur première rencontre, il l’a repérée car elle conduisait une Mini des années 70. Depuis, à cause de la venue prochaine d’un bébé, elle s’est résignée à acheter une Mini contemporaine.

L’avocat ignore la raison de la demande de rendez-vous de l’agent immobilier. La secrétaire a simplement noté qu’il s’agissait d’une question personnelle. Rien d’étonnant, monsieur Jack Morris consulte régulièrement les avocats du cabinet. Maître Richard Grandel s’occupe des contrats et du fonctionnement des sociétés ainsi que de sauver le permis de conduire de ce client qui a volontiers le pied lourd. Maître Daniel Meunier s’efforce d’optimiser la gestion fiscale des dossiers. Mais c’est une question bien différente des thèmes habituels qu’aborde monsieur Morris.

— Maître, ma femme et moi sommes fous de Mini. Notre fille va naître dans quelques jours. Pouvons-nous l’appeler Mini Cooper ou au moins Mini, ce qui donnerait Mini Morris en accolant le prénom et patronyme.

Mini-contemporaine - Photo-Thierry-Le-Bras

Mini-contemporaine – Photo-Thierry-Le-Bras

— Humm, difficile, répond Richard. Un couple fou de Vintage et des modèles sportifs dérivés des créations d’Alec Issigonis a déjà essayé de prénommer sa fille Mini-Cooper. C’était à Perpignan. La tentative a été rejetée. Mini tout court passerait peut être mieux si le personnel du service de l’état-civil ne connaît pas trop les automobiles anglaises d’hier.

— Mais pourquoi tant d’hostilité à tout ce qui concerne l’automobile chez vous, les Français ?

— Croyez que je le déplore autant que vous, cher monsieur. J’aimerais tant une société qui vante le plaisir automobile, libère la vitesse, redonne la joie de vivre à nos compatriotes, en finisse avec cette stigmatisation de la voiture qui, quand j’étais jeune, représentait la liberté, la croissance, l’emploi, la confiance dans l’avenir. Dans votre cas d’espèce, en vérité, l’officier d’état-civil ne peut pas refuser d’inscrire les prénoms qu’indiquent les parents. Par contre, un contentieux ultérieur est possible si un des prénoms risque de nuire à l’intérêt de l’enfant ou méconnaît les droits des tiers à voir protéger leur patronyme. Dans ce cas-là, je vous résume comment les choses se passent.

Lorsque l’officier d’état civil estime qu’un prénom risque par exemple de valoir des railleries à celui qui le porte, il avise le procureur de la République. Dans l’hypothèse où le procureur partage le même avis, il saisit le juge aux affaires familiales. Ce dernier peut ordonner la suppression du prénom. A ce stade, ou les parents choisissent un nouveau prénom, ou le magistrat en sélectionne un lui-même. Ses décisions sont susceptibles de recours.

— Le rejet vise-t-il tous les prénoms qui correspondent à un nom de voiture ? s’enquiert monsieur Morris.

— Pas systématiquement, répond l’avocat. Seulement si le juge le considère dur à porter.

— Des exemples ?

— Quelques cas me reviennent en tête. Prenez Enzo, un prénom italien qui se révèle très à la mode. Les prénoms étrangers sont admissibles. Il ne semble pas inenvisageable qu’un certain nombre de petits garçons portant ce prénom témoignent indirectement de l’admiration de leurs parents pour le créateur de Ferrari.

Mégane-Renault-Rallycross - Photo-Thierry-Le-Bras

Mégane-Renault-Rallycross – Photo-Thierry-Le-Bras

« Divers contentieux sont nés au sujet de prénoms utilisés par des firmes automobiles. Mégane accolé au patronyme Renaud quelle qu’en soit l’orthographe évoque forcément une voiture. Mais la justice a estimé que cet inconvénient serait appelé à disparaître compte tenu de la durée de vie des gammes automobiles alors qu’un changement de prénom entraînerait un trouble chez l’enfant… C’était vers l’an 2000. La petite Mégane a grandi. Le modèle Renault existe toujours avec un nouveau design.

« Ceci dit, il s’agit d’un prénom assez courant et la parenté avec l’automobile du constructeur français ne saute pas forcément aux yeux des condisciples de la jeune fille.

Renault-Zoe - Photo-Thierry-Le-Bras

Renault-Zoe – Photo-Thierry-Le-Bras

« Lorsque Renault a appelé un de ses véhicules Zoe, certains se sont inquiétés des conséquences pour les Zoé Renault. Le TGI de Paris a estimé qu’il n’existait pas de dommage imminent, ni d’atteinte à la vie privée, ni d’atteinte à la dignité. Sans préjuger de la sensibilité des Zoe Renault à l’émission de CO2, il est tentant de considérer qu’elles ne subiront pas plus de moqueries que lorsque la Zoé de BD imaginée par Émilie Bushmiller envahissait les pages de nombreuses publications destinées au grand public.

— J’ai entendu dire qu’ici, des parents avaient donné des noms hallucinants à leurs enfants sans que personne ne trouve rien à redire. C’est vrai ?

— Absolument. Le monde culinaire et la mode sont apparemment moins contestés que l’automobile. Dégager une ligne claire de la jurisprudence en matière de prénoms étonnants ne représente pas une tâche aisée. Les Cerise ont fleuri sur les listes de naissance. Sans doute grandement grâce à la publicité d’un groupe connu, d’abord en matière d’assurance automobile, puis ensuite de tous les risques couverts par ledit groupe. Clémentine et Prune attirent aussi les faveurs de parents.

« André Courrèges a appelé sa fille Clafoutis sans que son choix soit remis en cause. Choco, Dior, et même Oh ! Sunrise furent enregistrés sans que l’officier d’état civil et le procureur réagissent. Tout comme Térébenthine. Nous ne saurions cependant plaider la cause de ce dernier choix, fût-ce à un parent si attaché à sa voiture qu’il utiliserait l’essence de térébenthine pour en parfaire le nettoyage.

— Que choisir ? interroge monsieur Morris.

Mini-Cooper-Classique- Photo-Thierry-Le-Bras

Mini-Cooper-Classique- Photo-Thierry-Le-Bras

— Mini Morris passera peut-être… Mieux que Mini Cooper en tout cas. Vous pouvez essayer et substituer un autre prénom au cas où la procédure vous serait défavorable.

« Si vous aimez la course automobile autant que les modèles Vintage et que vous souhaitez établir un lien entre votre passion et vos enfants, il reste les prénoms de vos pilotes préférés, qu’ils soient contemporains ou aient exercé leur talent dans le passé.

Caty-Caly- Audi-Quattro- 1987 - Rallycross-de-Lohéac - photo-Thierry-Le-Bras

Caty-Caly- Audi-Quattro- 1987 – Rallycross-de-Lohéac – photo-Thierry-Le-Bras

« La liste est longue, d’autant que des prénoms étrangers paraissent acceptés sans difficultés. Bruce, Jim, Michèle, Anne, Mike, Pat, James, Biche, Ricardo, Pedro… Un Nicolas se fera presque toujours surnommé Nico comme Rosberg ou Hülkenberg. Sébastien, Yoann, Jules, Henri, Didier, Loïc, Benoît, Michèle, Olivier, Jordan, Kevin, Max, Charles, Esteban… Le choix est large. D’ailleurs, à défaut de prénommer une fille Mini Cooper, il restera possible d’appeler un fils Cooper puisque c’est un prénom anglais courant.

Automobiles-Vivia

Automobiles-Vivia

« Sans oublier l’inspiration fournie par les pilotes de fiction. Michel ne figure plus au haut des hit-parades, semble-t-il. Il s’agit pourtant du prénom que porte le plus titré de tous les pilotes français, Michel Vaillant. Ou encore David. Oui, David Sarel, l’avocat pilote ! Sans oublier Gabrièle et Julie, issues de l’univers Michel Vaillant, ou Caty, pilote réelle (Caty Caly) jouant son propre rôle dans Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans, ni Oucha, une pilote indienne de fiction qui mène magistralement un prototype dans le même roman, voire Vivia, la marque bretonne sur laquelle courent David et ses équipiers…

QUELQUES LIENS

DESIGNMOTEUR présente Jaguar I-Pace https://gotmdm.com/auto/2018/03/jaguar-ipace-1er-vehicule-motorisation-electrique/

Richard, avocat passionné de voitures, face à la future reine du crime ? Réponse ICI https://bit.ly/2QpFCai

David Sarel, avocat la semaine et pilote le week-end http://circuitmortel.com/2015/11/drogues-de-sport/

Ceci est une fiction, ou plutôt un docufiction car les références relatives aux prénoms admis ou rejetés sont exactes. Comme le considérait Serge Dalens, les personnages de fiction vivent vraiment dans un univers parallèle. Richard, Daniel ainsi que monsieur et madame Morris existent donc bien. Pas au Havre, mais dans mon imagination… et maintenant dans la vôtre.

Thierry Le Bras

Comments are closed.