Vous êtes ici : CIRCUITMORTEL » Chronique » Météo estivale et course auto : les intempéries s’invitent à la fête (épilogue)

Météo estivale et course auto : les intempéries s’invitent à la fête (épilogue)

Le pilote se présente comme un égoïste qui jouit seul de plaisirs paradisiaques auprès desquels la plupart des autres activités paraissent ternes. Au fil des années, une fois la combinaison et le casque rangés, le besoin de transmettre les émotions ressenties devient plus fort.  

Comment faire ? Diffuser des photos et écrire des histoires de courses vraies ou fictives me semble un moyen intéressant. J’espère que mes modestes écrits et photos contribuent à entretenir l’amour de la course chez ceux qui la connaissent. Je rêve en outre de sensibiliser les plus jeunes aux sports mécaniques. Je veux fournir l’opportunité d’un partage de la passion mécanique entre les générations. Défi ambitieux ? Peut-être, mais il faut aller au bout de ses envies quand elles correspondent à une conviction profonde. Alors, je continue à raconter ma passion de la course, de ses images, des récits et fictions qui la mettent en scène.

Dans les deux notes précédentes, j‘ai évoqué des courses sous la canicule et des contrastes météorologiques. Soleil, pluie, orage, font partie des aléas du pilote, des membres du team, du photographe, du spectateur (cf http://circuitmortel.com/2018/08/meteo-estivale-et-course-auto-la-canicule-de-1976-12/ et http://circuitmortel.com/2018/08/meteo-estivale-et-course-auto-des-contrastes-saisissants-22 )

Au jeu des probabilités, le choix de caler ses vacances les deux premières semaines d’août semble opportun. Ce sera mon option en 2002 où je loue un appartement à Super-Besse.

Anthony-Neveu- Martini-MK56 - 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Anthony-Neveu- Martini-MK56 – 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Au programme, la course de côte du Mont-Dore – Chambon-sur-Lac organisée le deuxième week-end d’août, de la détente, des photos, de la lecture, quelques séances de cinéma, une information approfondie sur les légendes et superstitions locales. L’Auvergne est une région aride, un peu comme la Bretagne. Un projet germe dans mon esprit. C’est le moment de le faire avancer.

Il n’y a plus de saison

Axel Red et Renaud connaissent un succès remarquable avec Manhattan –Kaboul. Le monde change. Le 11 septembre 2001 a annoncé que rien ne serait plus jamais pareil. Les deux artistes interprètent une œuvre qui touchera bien au-delà de leur public acquis. Aux CD habituels embarqués pour la route vers le Mont-Dore s’ajoute également l’album des Enfoirés de l’année. Une édition réussie (au moins à mon goût), entraînante. Je m’en souviens car une association d’idées se produit désormais avec une des chansons  qui y figuraient à chaque fois qu’un pilote à la fois protégé par les médias et raillé à cause de ses sorties de piste donne une interview. « C’est pas ma faute, si quand j’pilote, je vois les autres prêts à se jeter sur moi, c’est pas faute à moi… » Alizée n’a sûrement jamais pensé à ce détournement de son titre phare.

Vezon- Ferrari-355- 2002 - CC-Mont-Dore - Photo-Thierry-Le-Bras

Vezon- Ferrari-355- 2002 – CC-Mont-Dore – Photo-Thierry-Le-Bras

Le climat se réchauffe-t-il à cause de l’humain comme nous l’assènent les autophobes bien-pensants ? Pas au Mont-Dore 2002 en tout cas. Au contraire, un froid de canard, un temps humide, un soleil voilé par les nuages. La course commençant relativement tôt du fait du nombre important de voitures à passer (y compris les véhicules historiques que je ne veux en aucun cas manquer), j’arrive de bonne heure sur le circuit. J’ai décidé de m’installer au niveau d’un des derniers virages du tracé. Dès la sortie de l’immeuble à Super-Besse, je trouve qu’il fait franchement frais. Le thermomètre de la voiture indique que je ne suis pas devenu soudainement hyper-frileux… Confirmation lorsque je me gare sur le parking au haut du tracé. Je me réjouis d’avoir prévu des vêtements adaptés et du rechange (au cas où il pleuvrait). Un pull sur la chemisette se révélera utile. Mon blouson de photographe (choisi pour cet usage en raison du nombre de poches) servira utilement de coupe-vent. Je m’arrête consommer quelque chose à la première buvette. Pas un Perrier ou Schweppes. Non, un café car j’ai déjà besoin de me réchauffer. En début de matinée en plein mois d’août, la température doit avoisiner les cinq degrés ! Je n’ai jamais connu ça sur cette course.

Soutrenon -Porsche-993-RS - 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Soutrenon -Porsche-993-RS – 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Je resterai cependant toute la journée sur le site, multipliant les photos des voitures de toutes les catégories et descendant plus bas dans le but de varier les angles de vue. Certains rois de la montagne croisés lors de mes débuts en compétition tenaient toujours leur rang. Parmi eux Francis Dosières, Henri Vuillermoz, Christian Debias… Des jeunes loups annonçaient la couleur, à commencer par Sébastien Petit, Anthony Gasquet, Anthony Neveu… Un carrefour des générations autour d’une passion, le pilotage.

Coups de soleil et coups de cœur

Surprise le soir. Je me rends compte que j’ai attrapé de sérieux coups de soleil sur le visage. Je n’ai mis de la crème solaire qu’à un des rares moments où le soleil est apparu. Le reste du temps, je ne me suis pas méfié, totalement absorbé par la course et l’obsession de ramener les meilleures images. Des rayons nocifs filtraient cependant à travers les nuages. Je connais ce phénomène qui se produit également en mer par temps couvert. Un peu de Biafine résoudra le problème. Et le léger désagrément d’un coup de soleil ne m’empêchera pas de déguster un bon dîner dans un sympathique restaurant de Super-Besse.

Anthony-Gasquet - Lucchini - 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Anthony-Gasquet – Lucchini – 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Ni de retourner sur le circuit le lendemain, à un autre endroit, prenant juste soin de me protéger efficacement contre un soleil caché mais taquin. Il eût été trop dommage de ne pas saisir quelques beaux moments d’attaque des pilotes.

Sébastien-Petit- Osella-PA20S - 2003 - CC-La Pommeraye - Photo-Thierry-Le-Bras

Sébastien-Petit- Osella-PA20S – 2003 – CC-La Pommeraye – Photo-Thierry-Le-Bras

Je ne suis pas le seul à avoir conservé le souvenir de cette édition du Mont-Dore. L’année suivante, j’ai eu l’occasion d’échanger à La Pommeraye avec d’autres passionnés qui étaient au bord de la piste en 2002. Eux aussi se rappelaient très bien la météo automnale en plein mois d’août. Il faut préciser qu’à l’édition 2003 de La Pommeraye, les discussions sur le temps étaient à l’ordre du jour. Il plut beaucoup le samedi après-midi… Pas de quoi me décourager. Rien ne me ferait renoncer à mes coups de cœur pour mes voitures favorites, notamment les BMW, Porsche, Audi… Ni à ce que nous offrent les rois de la montagne, une catégorie qu’intègre alors Sébastien Petit, sacré depuis champion de France de la discipline.

Un polar automobile en Auvergne

Devenu auteur d’ouvrages, j’ai l’idée dès cette époque de polars se déroulant dans le monde des sports mécaniques. Pourquoi ne pas écrire un thriller jeunesse teinté de fantastique qui trouverait sa place dans le cadre d’une collection dirigée par une amie rencontrée lors d’un salon du livre à Moulins ? L’action aurait pour cadre un rallye. Elle se déroulerait dans la région du Mont-Dore. Les vacances à Super-Besse offraient l’occasion de mettre au point le scénario.

Mon personnage principal, David Sarel, serait un lycéen breton issu d’une famille recomposée. Il partagerait avec son parrain la passion des sports mécaniques. Éric, le parrain, est un gentleman driver rapide à qui le Team Vivia confie régulièrement des voitures. David deviendrait son navigateur lors de certains rallyes. Une situation crédible car si le pilote doit posséder un permis de conduire, le copilote, qui ne conduit pas, a la possibilité d’obtenir une licence dès l’âge de seize ans.

Allais- Lotus-Exige - 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Allais- Lotus-Exige – 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

David réalise un rêve, devenir un acteur du milieu qui le fascine, celui du sport automobile. Les jeunes lecteurs amateurs de vitesse s’identifieront à lui et se projetteront dans un monde parallèle où ils vivent des aventures comparables. Les lectrices verront en ce garçon intégré dans un monde sortant de l’ordinaire le petit ami idéal. Le livre deviendrait un vecteur d’une rencontre entre les générations. Il permettrait à des grands-pères et pères de partager avec leurs descendants l’amour de la course automobile.

Lambla -Porsche-911-SC - 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Lambla -Porsche-911-SC – 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Les modèles qui gagnent en rallye évoluent à une vitesse impressionnante. Or, un roman, sauf si l’action intègre des événements historiques universellement connus, vise un mode intemporel qui survit aux modes éphémères. Impossible de confier à mon équipage une voiture qui serait dépassée trois ans plus tard. La solution à cette problématique se trouvait ailleurs. La fiction échappe aux règles des fédérations sportives et des organisateurs de championnats. J’ai imaginé que mon rallye sur les routes d’Auvergne opposerait des voitures de Grand Tourisme, belles, indémodables, séductrices au-delà des millésimes. Des Porsche, Ferrari, Lotus et naturellement des Vivia et Monstercar.

Eric-Trelor - David-Sarel - Vivia - Rallye-des-volcans - Photo-Thierry-Le-Bras

Eric-Trelor – David-Sarel – Vivia – Rallye-des-volcans – Photo-Thierry-Le-Bras

Le monde de la compétition ne ressemble pas au Club des cinq à Kernach ni à une rencontre de Bisounours. En jouant dans la cour des grands, David y affrontera des événements et des ennemis à la hauteur des enjeux. Un paradis, un enfer, comme l’album de l’excellent David Hallyday, grand amateur de sport automobile, que j’ai eu le plaisir de voir en scène lors d’une de ses tournées.

Le-chat-noir-et-les-pilotes- Photo-Thierry-Le-Bras

Le-chat-noir-et-les-pilotes- Photo-Thierry-Le-Bras

Le navigateur de la Vivia N° 4 passe lui-aussi du paradis à l’enfer au fil des scènes. D’abord, un mystérieux chat noir l’attaque à la présentation des voitures.

– Ce chat-là, c’est le compagnon d’un sorcier, autant dire qu’il est prédisposé à nuire, affirme Clarisse, la fille du fermier de la Vallée de Chaudefour chez qui logent les membres du Team Vivia.

C’est ça oui, pense d’abord David. Mais soudain, des incidents inquiétants et inexplicables rationnellement troublent la course d’Éric et de son filleul. Avec leurs casques, leurs gants, leurs combinaisons ignifugées, les pilotes ressemblent à des extra-terrestres débarqués d’une autre planète. Ils satisfont à des rites incompréhensibles pour les non-initiés. Comme tous les pratiquants de sports dangereux, ils se rassurent en cherchant du réconfort dans des superstitions. Le chat noir fait partie des pires présages chez les pilotes. Clarisse aurait-elle vu juste ? A moins que des malfaiteurs simulent des événements surnaturels afin de masquer leurs sinistres agissements ?

Bois-ou-serpent-au-bord-du-lac - Photo-Thierry-Le-Bras

Bois-ou-serpent-au-bord-du-lac – Photo-Thierry-Le-Bras

Clarisse, son frère Edmond et son cousin Vincent ne manquent ni d’intelligence ni de courage. Tout comme Nick, le meilleur ami de David qui l’a accompagné en Auvergne. Parviendront-ils à sauver l’équipage Vivia des bêtes maléfique ou des tristes sires qui se dissimulent derrière elles ?

Le milieu de l’édition réserve des surprises aussi stupéfiantes que celui de la course automobile. Le Team littéraire avec lequel je devais signer a subi des bouleversements importants au moment où je mettais mon scénario au point. Ma correspondante l’a quitté. Les pilotes ne sont pas les seuls soumis à l’inconfort de sièges éjectables. La collection a changé de profil. Mon projet de roman au cœur d’un rallye n’y trouverait plus sa place.

Absorbé par d’autres activités, dont la participation à des magazines économiques, la sortie de la biographie officielle d’un pilote de F1, des polars automobiles destinés aux adultes, des recueils de nouvelles, des travaux sur la défense des héritiers lésés dans le cadre des familles recomposées, je l’ai laissé de côté pendant quelques années. Le sport n’est pas encore apprécié à sa juste valeur par le monde de l’édition, surtout quand des engins qui vont vite avec un moteur à essence jouent un rôle important. « Le sport est un lieu parfait pour voir se commettre des crimes », déclare pourtant Harlan Coben dans une interview diffusée dans L’Équipe du 11 janvier 2013. C’est pourquoi Myron Bolitar, un de ses personnages récurrents, est agent de sportifs. “Le processus d’écriture d’un roman est très semblable à un entraînement sportif, témoigne pour sa part John Irving.

Vonka -Porsche-911-GT3-RS - 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Vonka -Porsche-911-GT3-RS – 2002 -CC-Mont-Dore- Photo-Thierry-Le-Bras

Le besoin de finaliser l’histoire et de la publier est devenu irrésistible au fil des années. Yoann Bonato, un des meilleurs pilotes de rallye, m’a fait le plaisir et l’honneur de le préfacer. J’ai choisi de l’éditer moi-même, d’abord en e-book, puis en version papier. La première est disponible en ligne (cf http://amzn.to/1jAhsoF ). La version papier tarde un peu, je l’avoue. Mais elle va venir, avec une couverture élaborée par Ewen Le Juge, webdesigner et Team principal de DESIGNMOTEUR, le site frère de CIRCUIT MORTEL auquel son talent et sa motivation ont donné un nouvel élan depuis 2015.

Le livre s’intitule LE PACTE DU TRICHEUR. Le fruit de la passion du sport automobile, des pilotes, des bolides d’exception, d’une région riche en culture et légendes !

QUELQUES LIENS

DESIGNMOTEUR célèbre l’Audi TT à l’occasion de son 20ème anniversaire https://gotmdm.com/auto/2018/07/audi-tt-20-years-sport-competition/

Sébastien Petit, un futur grand de la course de côte http://circuitmortel.com/2017/01/fils-et-frere-de-rois-de-la-montagne-kevin-petit-se-lance-a-lassaut-des-sommets/

Les comparaisons de John Irving entre l’entraînement sportif et l’écriture d’un roman http://0z.fr/ffluo

David à Lohéac, un roman réédité http://circuitmortel.com/2016/06/circuit-mortel-un-blog-et-un-roman-eponyme/

Un autre univers de fiction automobile qui passe aussi par les courses de côtes http://0z.fr/110Cx

Thierry Le Bras

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*