Vous êtes ici : CIRCUITMORTEL » Chronique » Les voitures à l’école de métiers

Les voitures à l’école de métiers

La voiture n’est pas un objet comme les autres. Elle accompagne l’humain dans  sa vie, au travail, sur les lieux où il pratique une activité culturelle ou de loisir, partout où les tueurs de liberté ne la prohibent pas.

Elle s’associe logiquement aux métiers, qu’il s’agisse d’aider ses propriétaires dans l’exercice de leur activité professionnelle ou de les conduire là où ils ont besoin des prestations des autres.

Utilitaire-Peugeot-Spar- 2018 - Traversée-de-Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

Utilitaire-Peugeot-Spar- 2018 – Traversée-de-Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

L’automobile s’adapte à son époque, aux besoins des amis qu’elle sert. Avant les hypermarchés, la vente en ligne, il y eut des petits commerces, des marchés, des boutiques affichant des enseignes telles que Coop ou Spar. En ce temps-là, qui ramènera certains à l’enfance et fera penser aux autres que c’était le moyen-âge, des véhicules transformés en commerces itinérants se déplaçaient dans les campings, dans les campagnes, là où se trouvaient des clients potentiels. L’offre allait vers la demande.

Plaque -4L-Berger-Caravane-Tour-de-France - 2018 - Traversée-de-Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

Plaque -4L-Berger-Caravane-Tour-de-France – 2018 – Traversée-de-Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

Ces utilitaires servaient à la fois de moyens de transport des marchandises, de points de vente, de vecteurs de communication sur des événements comme le Tour de France. Les modèles changent, mais ce qui reste immuable, c’est la complicité entre l’humain et tout ce qui avance avec des roues et un moteur !

Les nourritures du corps et de l’esprit

A Saint-Malo, la vie se croque en chocolat… et en Triumph !

Triumph-TR5- 2014 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Triumph-TR5- 2014 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Aussi vrai à Noël, qu’au 1er avril ou à Pâques. Ou encore à tout autre moment de l’année. A défaut de posséder une Triumph et de profiter du beau soleil breton qui permet de rouler cheveux au vent, rien n’interdit de céder au plaisir du chocolat.

Renault -4L-Berger- 2018 - Traversée-de-Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

Renault -4L-Berger- 2018 – Traversée-de-Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

Les vins et spiritueux tiennent une place importante dans la culture française. Certes, la réglementation routière, une législation rigoureuse en matière de publicité pour l’alcool et les mises en garde du corps médical ont réduit la consommation de boissons alcoolisées. Mais ceux qui sont nés il y a… disons avant la dernière pluie, se souviennent des véhicules publicitaires affichant les couleurs de produits liquides consommés à l’heure de l’apéritif. Loin de moi l’idée de défendre l’alcoolisme qui cause des drames. Je souligne juste la célébration d’une société festive et de couleurs chatoyantes dans le message publicitaire.

Triporteur - 2015 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Triporteur – 2015 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Après le plaisir des papilles, les nourritures de l’esprit. L’affiche sur le triporteur contribue à la transition. Livres et engins mécaniques font très bon ménage. Les voitures, motos et autres machines à moteur jouent des rôles notables dans des récits, romans, albums, biographies, BD… Je m’en réjouis et j‘espère que vous êtes nombreux à partager cette opinion. Les engins mécaniques transportent également nos livres préférés. Par exemple ce sympathique triporteur utilisé par une librairie malouine dans laquelle j‘achète de nombreuses BD automobiles, celles de Michel Vaillant, des Éditions Glénat, des Éditions Paquet…

Techniques de pointe ou rusticité ?

L’avenir appartient-il aux voitures électriques ? L’hystérie autophobe des politiques français met de plus en plus en cause la liberté de circuler.

Tesla - 2015 - Saint-Malo- Photo- Thierry-Le-Bras

Tesla – 2015 – Saint-Malo- Photo- Thierry-Le-Bras

L’électricité sauvera-t-elle l’automobile ? Difficile de le savoir aujourd’hui dans un contexte d’incertitude quant à la production d’électricité, à l’autonomie des batteries et au temps de chargement. Sans compter le coût. Qui aura les moyens d’acheter une voiture électrique et de la faire rouler ? La technologie a un prix, la pression fiscale sur les automobilistes s’alourdit sans cesse, le pouvoir d’achat n’explose pas, au contraire.

Et puis l’électrique ne représente pas la panacée universelle. J’ai vu un propriétaire de Tesla dans ma ville. Inquiet de ne pas entendre le moteur de sa Tesla, il s’arrête devant un magasin de matériel auditif. Enfin, c’est en tout cas ce que j‘ai interprété.

Une autre image m’a cependant rendu la Tesla sympathique, celle d’Olivier Lombard essayant une version compétition destinée au futur championnat. « Electric Production Car Series ». Bizarre cependant de voir des voitures de course n’émettant qu’un sifflement de moulin à café. Il faudra qu’Olivier et ses concurrents qui doivent participer à ce championnat compensent le silence par leur art du pilotage.

2cv-Citroën - 2016 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

2cv-Citroën – 2016 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

La 2cv prête pour le musée ? Pas si sûr. D’abord, elle ne fut pas un jouet mais un bienfait de Citroën qui améliora la vie de millions d’utilisateurs partout dans le monde. Ensuite, bien que simple et parfois spartiate, elle n’utilisait ni électronique ni gadgets qui tombent en panne et coûtent une fortune aux propriétaires. Insuffisamment écologique ? Allez savoir… La 2cv, l’amie des familles, l’amie des jeunes, l’amie des budgets modestes. La 2cv, une voiture authentique qui ne mentait jamais. Certes, elle ne connaissait pas les pots catalytiques, la mesure des particules, du C02, mais au moins n’exigeait-elle pas sournoisement les métaux rares nécessaires aux révolutions technologiques. Elle ne s’envolait pas vers Mars et ne tendait pas les bras aux extra-terrestres. Elle se contentait de vivre loyalement avec les terriens.

Fiat-126-Auto-école- 2015 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Fiat-126-Auto-école- 2015 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Quelle voiture pour apprendre à conduire ? Une auto facile, pas trop chère, amusante, fiable. Une Fiat 126 Auto-école, pourquoi pas ? D’un autre côté, avec les limitations de vitesse qui s’aggravent encore, pourquoi passer le permis ? Une voiture sans permis suffira largement à progresser à la vitesse d’escargot qui sera mise en place à la prochaine crise de folie d’un politocard juste bon à emmerder les Français.

VW-Combi- 2015- Saint-Malo-Photo-Thierry-Le-Bras

VW-Combi- 2015- Saint-Malo-Photo-Thierry-Le-Bras

Une photo assez récente (2015). Non, ce n’est pas le véhicule d’Obélix. L’inscription du professionnel précise tailleur de pierres, pas de menhirs. En tout cas, le véhicule aura résisté au temps comme les vaillants Gaulois du fameux petit village armoricain à l’envahisseur.

Services et équipement de la personne

Opel, une marque qui a connu ses heures de gloire en sport automobile ! Walter Röhrl, Jean Ragnotti, Henri Toivonen, Guy Fréquelin, Jean-Louis Clarr, Yoann Bonato, ils ont tous piloté des Opel à un moment de leur carrière.

Coupé-Opel-Kadett- 2018 - Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

Coupé-Opel-Kadett- 2018 – Rennes- Photo-Thierry-Le-Bras

La marque à l’éclair produisit des modèles très intéressants. Elle comptait des clients fidèles. Pour ma part, je me rappelle une position assez forte sur le marché français au temps des sixties et des seventies. Une Opel, ça décoiffe ! Alors quand un joli coupé Kadett passe devant une devanture de coiffeur à l’occasion d’un rassemblement d’anciennes, pas question de manquer l’opportunité !

Renault-Clio-RS-F1-Team-R27- 2015 - Saint-Malo- Photo- Thierry-Le-Bras

Renault-Clio-RS-F1-Team-R27- 2015 – Saint-Malo- Photo- Thierry-Le-Bras

Des dessous chics pour la Clio RS F1 Team R27 ? Une auto issue d’une petite familiale mais dans une version méchante. De quoi donner des idées d’équipement de cette muse.

Renault-Estafette - Slip-Français- 2016 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Renault-Estafette – Slip-Français- 2016 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Dans une société frappée par la crise, en plein doute sur son avenir, malade du chômage que l’optimisme d’État ne parvient pas à apaiser, chacun a peur du déclassement, de l’appauvrissement, de l’avenir. En bref, tout le monde redoute de se retrouver en slip, tout de suite ou au moment de la retraite. Guillaume Gibault a réussi un lancement d’entreprise audacieux avec Le slip français. Un produit fabriqué en France, une communication ciblée sur cette caractéristique, l’utilisation intensive, adroite et parfois humoristique des réseaux sociaux, une belle success-story. Quant au choix d’une Renault Estafette d’hier comme vecteur de communication et point de vente d’une entreprise moderne, elle tendrait à prouver qu’en matière de croissance, l’avenir est dans le rétro !!!

QUELQUES LIENS

Automobiles de demain : DESIGNMOTEUR présente les concept-cars exposés au Festival automobile 2018 https://gotmdm.com/auto/2018/02/photos-festival-automobile-intl-expo-concept-cars/

Flash-back purement subjectif et affectif sur la saga du Tour de France http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/2017/07/la-saga-du-tour-de-france.html

 L’Auto-école en Lotus, un concept très fun http://circuitmortel.com/2015/12/lauto-ecole-en-lotus-elan-et-avant-lage/

Quand l’automobile excite l’appétit http://circuitmortel.com/2016/09/50-ans-de-recettes-automobiles-et-gastronomiques/

Opel GT, un modèle d’hier particulièrement sympathique http://circuitmortel.com/2016/02/souvenirs-dopel-gt/

Thierry Le Bras

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*