Vous êtes ici : CIRCUITMORTEL » Chronique » Un dimanche à Saint-Malo avec des icônes de l’élégance automobile

Un dimanche à Saint-Malo avec des icônes de l’élégance automobile

Traditionnellement associée à des événements maritimes, la Cité corsaire sait également accueillir les belles mécaniques. Au mois d’avril, les concurrents du Tour Auto Optic 2000 firent escale à Saint-Malo au terme de la première étape. Le 17 septembre, le désormais traditionnel Rallye des corsaires se termina par une exposition des véhicules inscrits sur l’esplanade Saint-Vincent.

Comment voyager dans le temps au moyen d’automobiles sans la Delorean de Doc et Marty ? C’est simple, en vous rendant à des rassemblements d’anciennes comme celui que propose chaque année La Baie’l DES Jantes’t au mois de septembre au moment des Journées du patrimoine.

L’occasion de découvrir ou redécouvrir les voitures d’avant, en adéquation avec l’esprit, le design et la mode de leur époque. Une immersion dans les souvenirs d’enfance, de jeunesse, ou pour les enfants du XXIème siècle, l’opportunité de voir de près les machines qui ont accompagné leurs parents, grands-parents, arrière-grands-parents… Modestes ou prestigieuses, familiales ou sportives, ces automobiles que nous voyons encore dans les fictions ou documentaires installés dans le passé nous promènent au fil du temps. Un voyage formidable lorsque l’imaginaire accepte l’invitation à vagabonder dans leur sillage.

Des coupés apportés par le tourbillon des sixties

BMW, une élégance teintée de sobriété, la classe sans ostentation, des calandres qui contribuent à l’image de la marque (cf http://bit.ly/1JnEzhU ). L’histoire BMW aurait pu s’arrêter au seuil des années 60 car la firme connut une période délicate après-guerre.

BMW-2000-CS- (1) - 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

BMW-2000-CS- (1) – 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

La marque à l’hélice allait surmonter les difficultés, s’offrir un nouvel élan, foncer vers les sommets en compétition comme dans la conquête de la clientèle. A la base de cette réussite, la Neue Klasse, une berline dynamique et sportive apparue en 1962 (cf http://bit.ly/1anbRR9 ). Présentée en 1965, la 2000 CS appartient à cette génération. Déclinée en style coupé, elle emprunte la plateforme de la Neue Klasse 1800 et reçoit un moteur 4 cylindres 2 litres de cette génération.

BMW-2000-CS- (2) - 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

BMW-2000-CS- (2) – 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Vous lui trouvez une finesse italienne ? Logique. Bien que dessinée par le styliste maison Wilhelm Hofmeister en collaboration avec les ingénieurs de chez Karmann, cette voiture s’inspire d’un modèle signé Bertone, le coupé 3200 S équipé d’un moteur V8. La BMW 2000 CS sera produite entre 1965 et 1970. D’autres BMW ultra-sportives lui succéderont, équipées de moteurs plus puissants. Bientôt, la 30 CSL deviendra une terreur en compétition, tant en groupe 2 qu’en groupe 5 (cf http://bit.ly/29Xp97L )

Vous vous dites qu’avant les triomphes de la 30 CSL en course, vous pensez avoir vu son aînée dans les salles obscures ? Pas faux. Le coupé 2000 CS a bien fait son cinéma. Elle crève l’écran dans Le cerveau, un film de Gérard Oury sorti en 1969. Dans le scénario, la belle Sofia Scannapieco (Sylvia Monti), sensible au charme du Colonel Matthews nonobstant l’irritation d’un frère mafieux, roule avec une 2000 CS orange.

Alfa-Romeo-1750- (1) - 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Alfa-Romeo-1750- (1) – 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Poursuivons nos pérégrinations avec une voiture à part, au moins pour moi. J’ai évoqué le coupé Alfa Romeo Bertone à plusieurs reprises sur ce blog. En tant qu’œuvre d’art signée Giorgetto Giugiaro à l’époque où il travaillait pour Bertone (cf http://bit.ly/2mDBaZj ).  Dans le cadre de ses succès en compétition (cf http://bit.ly/2opKKxX ).

Alfa-Romeo-1750- (2) - 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Alfa-Romeo-1750- (2) – 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Le magnifique coupé Alfa reçut plusieurs motorisations, 1300, 1600, 1750 (celle-ci) et 2000. Une voiture diablement séduisante, flamboyante, enthousiasmante. L’échappement amplifiait la rage des moteurs italiens dans une symphonie envoûtante. Si je suis un éternel amoureux du coupé Alfa Bertone ? Affirmatif. Je lui ai attribué un rôle de premier plan dans un feuilleton automobile (cf http://bit.ly/1TFRLlK ).

Issues de berlines populaires, elles enlèvent le haut !

Floride, le nom d’un état américain où s’était tenue une convention de concessionnaires Renault, et aussi celui d’un cabriolet du constructeur français.

Renault-Floride- 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Renault-Floride- 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Une sorte de Dauphine en robe sportive et élégante apparu en 1958. Floride, une voiture que j‘ai connue en miniature quand j’étais petit, produite par Norev. Souvenir aussi d’une Floride bleue télécommandée reçue en cadeau de Noël au début des années 60. C’était un autre temps, avec une commande comportant un volant, un bouton marche avant, un autre marche arrière. Le boitier était relié à la voiture par un fil. Et la Floride fit partie de ces cadeaux qui tombent en panne dès le jour de Noël. Un défaut sûrement. Mes parents l’ont changée le lendemain au magasin contre la même en état de marche. Seul souci, le moteur électrique de la voiture fonctionnait avec une pile qui ne tenait pas très longtemps… Plus tard, j‘ai surtout associé la Floride à l’élégance féminine. Brigitte Bardot symbolisa parfaitement la beauté de la Renault décapotable. En cette période d’hommage à Jean Rochefort, rappelons le film Floride dans lequel le génial comédien interprète Claude Lherminier, un octogénaire frappé de démence sénile. Il y apparaît avec sa partenaire Sandrine Kiberlain dans le modèle Renault.

Renault-Floride-2- 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Renault-Floride-2- 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Un film émouvant qui compose avec la triste réalité. Si des restaurateurs et collectionneurs redonnent leur lustre d’antan aux œuvres automobiles, l’humain doit s’accoutumer à ce que Michel Sardou qualifie « cette angoisse éternelle du déclin qui rend fou ». Pas de nouvelle jeunesse pour nous, même si nous essayons de voyager dans le temps en reconstituant des atmosphères d’époque au travers de manifestations, d’objets, de photos, de récits ou fictions… Le temps a passé et nous ne retrouverons pas notre jeunesse envolée.

Fiat-850-Spider - 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Fiat-850-Spider – 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Encore un dessin Giugiaro pour Bertone ! Une auto particulièrement réussie sur la base de la populaire Fiat 850. Aux États-Unis, elle reçut le surnom de « little Ferrari », une marque de respect. Son seul défaut, un moteur pas très puissant (52 chevaux sur les dernières versions) qui ne permettait pas de dépasser les 152 hm/h. Par contre, ceux qui ont eu le bonheur de la conduire affirment qu’elle offrait un comportement sain et dynamique. Une voiture rigide, ce qui ne fut pas toujours le cas des cabriolets. Et, à l’instar des coupés Fiat 850, le conducteur éprouvait le sentiment de piloter une vraie Ferrari dès qu’il attaquait un peu. Une voiture que nous avons évoquée dans une chronique soulignant le charme des modèles ludiques devenus vintage (cf http://bit.ly/2lkbnSk ).

Un fauve pour la route et la piste

Elle fut la berline la plus rapide du monde dans les années 60. Elle alliait classe, confort et performances. Les Jaguar étaient nombreuses lors du passage du Tour Auto dans la Cité corsaire le 25 avril 2017.

Jaguar-MKII- (1)- 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Jaguar-MKII- (1)- 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Nous avions relayé l’événement (cf http://bit.ly/2r1DkSW ). La MKII fait partie de ces bolides qui ne sauraient laisser indifférent. L’équivalent du charisme chez les humains.

Jaguar-MKII- (2)- 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Jaguar-MKII- (2)- 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

Brillante en compétition, la MKII a également joué les stars à l’écran. Rappelez-vous Le corniaud. Léopold Saroyan (alias Louis de Funès) et ses compères suivent Antoine Maréchal (Bourvil) avec une Jaguar ! En bref, une auto inoubliable dont nous adorons revoir des exemplaires à l’occasion des manifestations d’anciennes.

Née trop tard

Avec la SM à moteur Maserati apparue en 1970, Citroën espérait se positionner sur le créneau des voitures de prestige. La firme française osait un concept audacieux, produire une voiture aussi performante et belle qu’une GT offrant le confort, la facilité de conduite et l’espace intérieur d’une berline de luxe. Une sorte de DS Sport innovante et ennoblie par l’intégration d’un moteur V6 à double arbre à cames en têtes de 2670 cm3 issu d’un constructeur présent sur le marché des voitures de grand luxe. Les 170 chevaux de ce bloc la propulsent à 228 km/h.

Preuve de ses capacités, la SM s’imposa au Rallye du Maroc 1971. En 1972, un engagement aux 24 Heures du Mans fut envisagé puis annulé. En 1973, des SM finirent 5ème et 6ème du fameux Bandama, une épreuve très éprouvante pour les mécaniques et les équipages.

Citroën-SM- 2017 - Saint-Malo - Photo-Thierry-Le-Bras

Citroën-SM- 2017 – Saint-Malo – Photo-Thierry-Le-Bras

La SM fut un produit des années Concorde, cette époque fabuleuse où la France s’invitait à la table des nations innovantes, puissantes, ambitieuses. Pourtant, le public ne suivit pas. Les cibles visées restèrent majoritairement fidèles à la concurrence allemande, britannique ou italienne. Diverses raisons expliquent cet échec. D’abord la réglementation routière et les limitations de vitesse de plus en plus sévères. En 1973, la première crise pétrolière se traduira par une nouvelle aggravation des limitations de vitesse, des augmentations du prix de l’essence, le traumatisme du rationnement des carburants, une autophobie de plus en plus affirmée des pouvoirs publics, des incitations à acheter des véhicules diesel. Des éléments de nature à handicaper la SM Maserati. D’autant que malgré sa ligne originale, son coefficient de pénétration dans l’air exceptionnel, sa direction Diravi à assistance progressive, la voiture doit composer avec d’autres handicaps. Le réseau Citroën n’était peut-être pas prêt à vendre et entretenir une automobile aussi haut de gamme. Ou alors, le snobisme des clients potentiels de SM les dissuadait-il d’acheter une voiture dans un garage qui vendait aussi des 2cv, Ami 8 et GS ? Les produits innovants ne conquièrent pas forcément leur public très rapidement. Le concept deux portes déstabilisa vraisemblablement des utilisateurs traditionnels de grosses berlines à quatre portes. La traction (comme sur la DS et plus tard la CX) ne conquit les amateurs de sportives pures qui préféraient les Alpine, Porsche, Alfa Romeo Montreal… La production de la SM serait stoppée en 1975 sans qu’un modèle aussi haut de gamme lui succède au catalogue.

Par contre, certains de ses éléments furent utilisés sur d’autres modèles. La direction Diravi équipa la CX. La boite de vitesses apparut sur la Lotus Esprit. Le moteur poursuivit sa carrière sous le capot de la Maserati Merak. Il n’y avait que de bonnes choses dans la Citroën SM. Dommage que la recette n’ait pas trouvé son public dans un monde en plein bouleversement.

QUELQUES LIENS

DESIGNMOTEUR présente le concours d’élégance de Chantilly 2017 https://gotmdm.com/auto/2017/09/chantilly-arts-elegance-videos-rallye-concours/

Ronan, l’obsession de devenir pilote quand il serait grand http://bit.ly/2pXbeKh

Le Rallye des corsaires 2016 associé à des livres et musiques 1 http://bit.ly/2dN78Mk2 – http://bit.ly/2dwa5V2

Écrire, c’est raconter des histoires, toutes sortes d’histoires, vraies ou fictives, souvent avec des voitures http://bit.ly/2xVJBVT

Le compte Facebook de La Baie’l DES Jantes t https://www.facebook.com/labaiedesjantest/

Thierry Le Bras

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*