Vous êtes ici : CIRCUITMORTEL » Chronique » Quand les Alpine faisaient leurs courses

Quand les Alpine faisaient leurs courses

Une nouvelle Alpine arrive et nous en sommes ravis. L’occasion de se rappeler quelques Berlinette qui ont ravi rois des rallyes et gentlemen drivers durant les sixties et les seventies.

Alpine-Berlinette - 1974 - CC-Saint-Germain-sur-Ille - Photo-Thierry-Le-Bras

Alpine-Berlinette – 1974 – CC-Saint-Germain-sur-Ille – Photo-Thierry-Le-Bras

Pour l’occasion, je suis descendu aux archives. Et j’ai sélectionné quelques photos d’Alpine que j’ai prises entre 1971 et 1976. Un choix difficile… J’ai éliminé certaines images que j’aurais voulu vous présenter parce qu’elles trouveront place dans de prochaines chroniques.

Les rois de la course de côte

Une surprise pour commencer. Rappelons-nous que dans un passé pas si ancien, les pilotes étaient éclectiques. Le Mans, des rallyes et des courses de côtes composaient le menu varié d’une carrière au rythme des saveurs de saison.

Thérier - Alpine-Berlinette - 1972 - CC-Saint-Germain-sur-Ille - Photo-Thierry-Le-Bras

Thérier – Alpine-Berlinette – 1972 – CC-Saint-Germain-sur-Ille – Photo-Thierry-Le-Bras

Ainsi mon premier roi de la côte est-il rallyman. Jean-Luc Thérier fit partie des fers de lance d’Alpine dans les épreuves routières. Il a remporté des rallyes (y compris en mondial), des titres de champion de France, disputé quatre fois Le Mans… et trouvé le temps de s’aligne en côte, notamment en 1971 et 1972. J’étais encore lycéen quand j’ai pris ce cliché à Saint-Germain-sur-Ille en Bretagne, à proximité de Rennes. Une attaque énorme avec la Berlinette !

Nusbaumer - Alpine-Berlinette - 1974 - CC-Saint-Germain-sur-Ille - Photo-Thierry-Le-Bras

Nusbaumer – Alpine-Berlinette – 1974 – CC-Saint-Germain-sur-Ille – Photo-Thierry-Le-Bras

L’histoire du Normand Maurice Nusbaumer est aussi liée à Alpine dans toutes les disciplines. Il trouvera la mort en 1981 au Rallye de La Baule au volant d’une A 310. Il avait débuté la compétition en 1964 sur sa DS personnelle. Deux ans plus tard, il achetait une Alpine, marque à laquelle il resterait fidèle par la suite. Maurice Nusbaumer était un véritable personnage de la course automobile. Un excellent pilote aussi. Parmi ses victoires avec la Berlinette, beaucoup se rappelleront l’Armor 1976, une seconde devant De Saint-Pierre, lui-aussi sur Alpine. Comme la plupart des gentlemen drivers de cette période, il s’alignait aussi en côte.

Guittet - Berlinette-Alpine - 1975 - CC-Pluméliau - Photo-Thierry-Le-Bras

Guittet – Berlinette-Alpine – 1975 – CC-Pluméliau – Photo-Thierry-Le-Bras

Nous pourrions consacrer un ouvrage entier aux excellents pilotes qui ont enrichi le palmarès Alpine en course de côte. J’ai même honte de na pas en citer plus mais ne vous inquiétez pas, chers amis lecteurs, plusieurs seront mis à l’honneur dans de prochaines chroniques. Ceux qui fréquentaient les sites de courses dans les années 70 se rappellent encore Pierre Desilles, Marcel Grué, Noël Guittet (ci-dessus), Panic, Yvonik, Jean-Yves Gadal…

Guillou - Alpine-Berlinette - 1975 - CC-Noyal-sur-Bruz - Photo-Thierry-Le-Bras

Guillou – Alpine-Berlinette – 1975 – CC-Noyal-sur-Bruz – Photo-Thierry-Le-Bras

Pendant deux décennies, les Alpine ont été de toutes les fêtes, des épreuves régionales comme ci-dessus à Noyal-sur-Bruz en 1975 à celles comptant pour les championnats les plus relevés.

Brouard - Alpine-Berlinette - 1975 - CC Landivisiau - Photo-Thierry-Le-Bras

Brouard – Alpine-Berlinette – 1975 – CC Landivisiau – Photo-Thierry-Le-Bras

Performante, la Berlinette s’affichait en outre élégante. Une déco simple et un petit kit carrosserie en faisaient une diva. Illustration avec celle de Michel Brouard, très remarquée en 1975.

Cochise - Alpine-Berlinette - 1975 - CC Landivisiau - Photo-Thierry-Le-Bras

Cochise – Alpine-Berlinette – 1975 – CC Landivisiau – Photo-Thierry-Le-Bras

Ou encore celle de Jackie Cauchy (souvent engagé sous le pseudonyme Cochise). Une ex voiture de reconnaissance fréquemment utilisée par Jean-Luc Thérier.

Alpine-Berlinette - 1971 - CC-Saint-Germain-sur-Ille - Photo-Thierry-Le-Bras

Alpine-Berlinette – 1971 – CC-Saint-Germain-sur-Ille – Photo-Thierry-Le-Bras

Un week-end de compétition se passe très vite quand tout va bien. Les reconnaissances, les vérifications techniques, les essais, la course, la remise des prix… Voilà, c’est fini… Il est temps de remonter sur le plateau et de rentrer à la maison, des images d’attaque plein les phares. Comme un athlète humain, l’Alpine est fière de compter des admirateurs, d’être aimée, admirée…

Ceux du rallye

Plusieurs très bons ouvrages ont traité d’Alpine en rallye. Et pourtant, l’histoire est si riche qu’il reste sûrement encore des tas de choses à écrire. Car Alpine et la course, c’est comme une encyclopédie qu’il est possible d’enrichir en permanence.

Amy - Alpine-Berlinette - 1975 - Rallye-Armor - Photo-Thierry-Le-Bras

Amy – Alpine-Berlinette – 1975 – Rallye-Armor – Photo-Thierry-Le-Bras

Rien que ma photothèque personnelle recèle quantité de Berlinette. Par exemple la groupe 3 d’Amy à l’Armor 1975. Un instantané parmi d’autres

De-Saint-Pierre - Alpine-Berlinette - 1973 - CC-Saint-Germain-sur-Ille - Photo-Thierry-Le-Bras

De-Saint-Pierre – Alpine-Berlinette – 1973 – CC-Saint-Germain-sur-Ille – Photo-Thierry-Le-Bras

Et aussi celle de Guillaume de Saint-Pierre navigué par Régine Plessy. L’équipage terminera second du Rallye Ouest-Armor, à une seconde de Nusbaumer. De Saint-Pierre a fait partie de ces gentlemen drivers très rapides, disposant d’un potentiel qui aurait sans doute pu leur permettre de devenir professionnels à part entière. Il suffit parfois de peu de chose. Guillaume de Saint-Pierre ne se consacrait pas qu’à la course. Il fut notamment écrivain et scénariste. Sa parfaite connaissance du milieu lui avait permis d’écrire le fameux feuilleton Pilote de course, tourné en 1974 et diffusé pour la première fois à la télévision (sur la 2) au début de l’été 1975. Le tournage avait été réalisé avec de faibles moyens financiers. Il fait pourtant partie à mon sens des meilleurs films sur le sport auto car l’atmosphère est parfaitement rendue. J’en reparlerai ! Le scénario est aussi sorti sous forme de roman à l’époque. Je l’ai lu dès son arrivée en librairie bien sûr. Et je me suis débrouillé afin de ne rater aucun épisode de ce feuilleton. Souvenirs d’une époque chargée d’émotions pour moi. L’été 1975, le moment où j’ai décidé d’oser la compétition. 1976, mes débuts en course, quelques semaines après ce fameux Rallye d’Armor. J’avais eu envie de m’y inscrire. Mais après réflexion, j’avais jugé plus sage de commencer par une saison de course de côte… Décidément des tas d’anecdotes à partager dans de prochaines chroniques…

QUELQUES LIENS

DESIGNMOTEUR vous dira tout sur Alpine, la marque prémium du groupe Renault http://www.designmoteur.com/2015/12/alpine-prepare-2016/

Alpine Berlinette, l’Icône des années bleues (excellent livre signé Enguerrand Lecesne – je vous en reparlerai et je suis fier d’avoir modestement contribué à l’illustration) http://www.lva-auto.fr/boutique/livres/alpine-berlinette-l-icone-des-annees-bleues.html

Une Berlinette à la dernière Targa Florio http://circuitmortel.com/2015/10/la-derniere-targa-florio/

Thierry Le Bras

4 Commentaires

  1. Sublimes photos d’époque !
    On voit bien l’attaque à la déformation des pneus et aux compressions des suspensions !

    • Salut Benj, ton commentaire montre là que le Web Design créé pour DESIGNMOTEUR et adapté pour CIRCUITMORTEL peut mettre en valeur comme jamais de sublimes photos datant d’avant le Web, comme celles de Thierry.

  2. Merci Benjamin !

    Les voitures viraient moins à plat à l’époque, même les GT ! Pilotes et autos étaient plus éclectiques aussi. Beaucoup d’Alpine roulèrent dans toutes disciplines. Rallye, course de côte, et même épreuves en circuit à l’occasion. C’était sympa pour les amateurs de se frotter à toutes les disciplines, de retrouver souvent les copains, de rouler souvent. Le nombre élevé de courses de côtes un peu partout en France permettait de participer à de nombreuses épreuves. A partir de la fin des années 70, les normes de sécurité de plus en plus sévères et le coût de plus en plus élevé facturé pour les services obligatoires (pompiers, gendarmes) ont rendu les organisations de courses de côtes plus difficiles et plus dangereuses au plan financier.

  3. Bonjour Thierry,
    j’essaie de vous contacter, j’ai laissé un message sur une de vos pages.
    J’ai cru comprendre que vous habitiez St malo… Il faudra que nous puissions nous voir : nous y allons souvent.
    J’espère à bientôt.
    Avec mes amitiés.
    Guillaume de St pierre
    NB : merci pour vos commentaires sur Pilotes de course. En avez-vous les DVD ?

Comments are closed.