Vous êtes ici : CIRCUITMORTEL » Chronique » Rallye : quand Monte-Carlo rime avec convivialité !

Rallye : quand Monte-Carlo rime avec convivialité !

Je n’ai assisté qu’une seule fois au Rallye de Monte-Carlo, mais aussi loin que je me souvienne, cette épreuve s’associe dans ma mémoire à une atmosphère de fête.

Warmbold-Feltz - Mazda-323-Turbo - 1984 -Rallye-Monte-Carlo - Photo-Thierry-Le-Bras

Warmbold-Feltz – Mazda-323-Turbo – 1984 -Rallye-Monte-Carlo – Photo-Thierry-Le-Bras

Cette année, une amie qui exploite une crêperie à Ancelle m’a invité à aller passer quelques jours là-bas. La course passe devant sa crêperie samedi. Et plusieurs ES se déroulent à proximité de Gap. Impossible pour moi de m’absenter ce mois-ci, malheureusement…

Yoann-Bonato - 2016 - Rallye-Monte-Carlo

Yoann-Bonato – 2016 – Rallye-Monte-Carlo

Lors d’une communication téléphonique le premier jour du rallye (édition 2016), j’ai dit à mon amie, « Christiane, regarde bien la DS 3 RC2 N° 41 de Yoann Bonato et Denis Giraudet. Je vais suivre Yoann ES par ES sur Internet. C’est un super pilote et un mec génial. En plus, il est le préfacier de mon roman LE PACTE DU TRICHEUR ! » Elle m’a promis de tout faire pour le reconnaître en me disant, « ils vont passer très vite. Je serai dans une ligne droite devant chez moi et je ne peux pas  aller plus loin sur la spéciale car sinon, je ne pourrai pas revenir à temps  pour assurer le service du midi. La route sera bloquée. » Elle m’a rappelé en fin d’après-midi. Des passionnés de rallye qui suivent l’épreuve et particulièrement Yoann avaient déjeuné chez elle ce midi. Le monde est  petit.

Souvenirs, souvenirs

Mes premiers souvenirs du Monte-Carlo remontent aux duels DS contre Cooper S au milieu des années 60. Un peu plus tard, adolescent, j’écoutais tous les ans la dernière nuit du rallye sur RMC. En cachette de mes parents bien sûr, qui n’auraient pas forcément apprécié que je passe une nuit blanche entre deux journées de classe. Alors, je branchais un écouteur sur mon transistor Gründig.

Warmbold-Mehmel-BMW-2002-Groupe-2- 1971 - Rallye-Monte-Carlo

Warmbold-Mehmel-BMW-2002-Groupe-2- 1971 – Rallye-Monte-Carlo

Personne d’autre que moi n’entendait la radio dans la maison. Je m’endormais vers cinq heures, après le dernier secteur chronométré et je me levais à sept. A cet âge-là, on se remet bien d’une nuit courte. Je me rappelle quelques beaux duels. La victoire de l’Alpine d’Andruet en 1973, année où Gérard Larrousse remporta le groupe 1 sur une Alfa Romeo 2000 GTV Bertone, Celle de la Lancia Fulvia de Munari l’année d’avant, les premières places des 911 avec Elford et Waldegard encore avant, la sortie de l’Alpine de Larousse sur de la neige placée sur la route par des spectateurs… A cette époque où Internet n’existait pas encore, j’adorais les photos de glisse qui paraissaient ensuite dans les magazines spécialisés.

Segolen-Bussi - Porsche-groupe-3 - 1971 - Rallye-de-Monte-Carlo

Segolen-Bussi – Porsche-groupe-3 – 1971 – Rallye-de-Monte-Carlo

Quand j’étais étudiant, le Monte-Carlo tombait à la fin du premier semestre, c.à.d. juste avant une période d’examens. Ensuite, l’année du service militaire (Monte-Carlo 1978), pas question d’y aller non plus malgré la présence de Segolen, un pilote que je connaissais – avec qui je ferais d’ailleurs équipe 10 ans plus tard aux 24 Heures de Paris sur le Circuit Jean-Pierre Beltoise – et qui appartenait comme moi à l’Écurie Betagne. En 1984 par contre, l’opportunité de partir aux sports d’hiver la semaine du Monte-Carlo se présenta.  J’avais l’occasion de voir les rois du rallye en action dans une épreuve du championnat du monde ! La course allait se dérouler dans des conditions très hivernales. Mais il aurait fallu plus qu’une météo capricieuse pour m’arrêter.

Les rois du Rallye en action

Une des copains avec qui je passais les vacances d’hiver a accepté de m’accompagner. Nous avons choisi la première ES du programme commun. Une spéciale disputée de nuit sur les quatorze kilomètres du tronçon Veniper – Le Feclaz. Un beau tracé. En bas, il pleuvait. Au fur et à mesure que nous montions, la pluie se transformait en neige. Nous avons repéré un coin sympa, un gauche avant un petit pont au bas d’une descente. Nous avons trouvé un petit chemin où garer mon Alfa Roméo Giulietta une centaine de mètres plus loin. C’est folklo le Monte Carlo. Les voitures des spectateurs s’entassent les unes derrière les autres dans les petits chemins. De toute façon, personne ne peut partir avant la réouverture de la route. Il faisait très froid en altitude. La neige tombait et le vent commençait à souffler. Heureusement, nous étions bien emmitouflés dans nos anoraks, nos écharpes, nos bonnets de laine et nos gants de ski. Nous avions prévu un sac à dos avec une bonne thermos de café, des sandwiches au jambon de montagne, du chocolat au lait et des bouteilles d’eau. Nous nous sommes installés à l’entrée du gauche repéré quelques minutes plus tôt. Le virage se situait à la fin d’une petite descente, ce qui annonçait des freinages délicats si la neige continuait à tomber. J’avais amené mon appareil photo et un bon flash. Où nous étions, je pouvais photographier les voitures de trois quarts arrière afin de ne pas gêner les pilotes.

Röhrl-Geistdorfer - Audi-Quattro-1984 - Photo-Thierry-Le-Bras

Röhrl-Geistdorfer – Audi-Quattro-1984 – Photo-Thierry-Le-Bras

L’Audi Quattro de Walter Röhrl et Christian Geistdorfer, les futurs vainqueurs, portait le numéro 1. Elle déboula à une vitesse ahurissante, terrifiante d’efficacité, dans le grondement sourd de son 5 cylindres turbocompressé. La Quattro respirait la force, comme un boxeur poids lourd au sommet de sa forme. La Quattro, c’était la réunion chez un même athlète de la puissance brutale de Tyson, de l’agilité d’Ali, et de la hargne de Cerdan. En janvier 1984, les Audi étaient les seules 4 roues motrices en groupe B. La 205 T16 n’était pas encore engagée en compétition par Peugeot. La Delta S4 non plus, pas plus que la MG Metro 6R4 qui ne serait présentée à la presse que quelques semaines plus tard. Sur neige et sur glace, les Audi s’annonçaient imbattables. Elles rempliraient leur contrat en monopolisant le podium à l’arrivée. Derrière Walter Röhrl – Christian Geistdorfer qui remportaient leur 4ème Monte-Carlo après avoir déjà gagné sur Fiat 131 Abarth, Opel Ascona 400 et Lancia 037 Rally, Stig Bomvist – Bjorn Cederberg et Hannu Mikkola – Arne Hertz complèteraient le triomphe Audi en se classant respectivement seconds et troisièmes

Jean-Claude-Andruet-Sergio-Cresto- Lancia-037- 1984 - Rallye-Monte-Carlo-Photo-Thierry-Le-Bras

Jean-Claude-Andruet-Sergio-Cresto- Lancia-037- 1984 – Rallye-Monte-Carlo-Photo-Thierry-Le-Bras

Les Lancia 037 espéraient mener la vie dure aux Audi. Peut-être y seraient-elles parvenues sur route sèche. Mais sous la neige, elles ne purent rien faire malgré le sens de l’attaque de leurs pilotes, Jean-Claude Andruet, Attilio Bettega, Marku Alen et Massimo Biason.

Thérier-Vial - R5-Turbo - 1984 - Rallye-Monte-Carlo - Photo-Thierry-Le-Bras

Thérier-Vial – R5-Turbo – 1984 – Rallye-Monte-Carlo – Photo-Thierry-Le-Bras

Les R5 Turbo n’étaient pas à la fête non plus. Jean-Luc Thérier navigué par Michel Vial (N° 6, ci-dessus) allait toutefois accomplir des miracles. L’équipage termina en effet quatrième et premier des deux roues motrices !

Rallye de Monte-Carlo et gastronomie

Gastronomie et course automobile font généralement bon ménage. Normal, la cuisine et la course automobile excitent et réjouissent toutes deux nos sens. Je peux vous assurer que cette nuit-là, nous avons éprouvé un grand plaisir à déguster nos sandwiches au jambon de pays auprès du feu allumé par d’autres spectateurs arrivés plus tôt au bord de la route. Parmi les concurrents figurait un authentique spécialiste de la gastronomie, Yves Jouanny.

Yves-Jouanny-Claude Maldjian - Opel-Kadett-GTE - 1984 - Rallye-Monte-Carlo- Photo-Thierry-Le-Bras

Yves-Jouanny-Claude Maldjian – Opel-Kadett-GTE – 1984 – Rallye-Monte-Carlo- Photo-Thierry-Le-Bras

L’homme de La Remise, la fameuse auberge d’Antraigues indissociable de la légende du Monte-Carlo, ne s’est pas contenté de servir des repas conviviaux aux équipages et aux spectateurs. Il n’a pas davantage cantonné son implication dans l’univers du rallye aux parties de cartes avec les équipages et Jean Ferrat, lui-aussi client de l’auberge, notamment aux époques de préparation du Monte-Carlo. Non, Yves Jouanny a mis la main à la pâte. Il a navigué deux fois son ami Jean-Claude Andruet et il a pris lui-même le volant en course. En 1984, il pilote une Opel Kadett GTE groupe A préparée par le Simon Clarr Racing. Son navigateur est Claude Maldjian. Le restaurateur d’Antraigues ne fera pas de salade de bielles mais devra tout de même renoncer avant l’arrivée, trahi par la suspension de sa Kadett GTE. Pour cette édition-là, les carottes étaient cuites. Avec une suspension en marmelade, mieux valait abandonner que se retourner comme une crêpe, ce qui eût été un comble pour un cuisinier auquel un autre dessert

Salonen-Harjanne - Nissan-240-RS - 1984 - Rallye-Monte-Carlo - Photo-Thierry-Le-Bras

Salonen-Harjanne – Nissan-240-RS – 1984 – Rallye-Monte-Carlo – Photo-Thierry-Le-Bras

Je me souviens d’une nuit passée très vite au bord de la route. Des voisins sympas. De la bonne humeur. Après le passage de la dernière voiture, j’ai remarqué qu’avec le vent, la neige et le froid, j’avais une vraie carapace de glace sur mon anorak. Le petit chemin où j’avais garé l’Alfa était complètement enneigé. Mais comme beaucoup d’autres spectateurs s’’y étaient rangés aussi, nous nous sommes tous entraidés et il n’a pas fallu bien longtemps pour dégager toutes les autos. Chacun a repris la route avec des souvenirs plein la tête. En jetant un œil sur le programme du rallye à l’éclairage d’une lampe électrique, le copain qui m’accompagnait m’a fait observer qu’un des pilotes engagés était né un 8 octobre, comme moi. Et pas le moindre, il s’agissait de Timo Salonen !

Pour terminer sur une note de convivialité, permettez-moi un conseil si vous êtes au bord des routes du Monte-Carlo 2016. Samedi, le rallye passe deux fois devant la Crêperie Avel Mor tenue par Christiane, l’amie dont je vous parlais au tout début de la chronique. L’adresse, c’est Les Taillas à Ancelle (05). Convivialité, accueil chaleureux, cadre sympathique  et qualité de la cuisine garantis, je peux vous l’assurer !!! Vous pourrez ainsi plaisir de la table à quelques mètres du tracé des ES 10 et 12, Saint-Léger les Mélèzes – La Bâtie !

QUELQUES LIENS

DESIGNMOTEUR vous amène sur les traces du nouveau Spider Fiat 124 dont la glorieuse grand-mère a brillé en rallye http://www.designmoteur.com/2015/11/fiat-124-spider/

A Antraigues, LA REMISE a redémarré et accueille toujours les fans de sport automobile, et les autres aussi http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/2015/06/a-antraigues-la-remise-ecrit-un-nouveau-chapitre.html

Rallye de Monte-Carlo, un peu d’histoire http://circuitmortel.com/2016/01/rallye-de-monte-carlo-un-peu-dhistoire/

Thierry Le Bras

Comments are closed.